• LoveSick - Bonus 1 : Peux-tu l'entendre ?

    LoveSick : Bonus 1

    LA VOIX VENANT DE PHUN

     

    "Phun ! Tu peux vérifier le budget de mon club pour moi ? S'il te plaît ? S'il te plaît ? S'il te plaît ? Il y a 20 000 bahts qui manquent ! Je suis sur le point de devenir fou là !"

    C'est ainsi que Noh est entré dans ma vie et est devenu ma plus grande surprise au cours des années. Il est vrai que l'on se connaissait un peu, mais on n'avait jamais eu l'occasion de se parler tous les deux comme ça. Chaque fois que l'on s'était parlé, on n'avait jamais eu une conversation aussi longue que cette fois-là non plus.

    Je ne peux m'empêcher de sourire quand je pense à ce jour-là. Le visage clair et pâle de Noh est habituellement plein d'expressions différentes. Parfois, il se met en colère. Parfois, il affiche un air suffisant. Parfois, il prend un air sournois, comme s'il avait l'intention de faire quelque chose de mal, lorsqu'il traîne avec ses amis ou lorsqu'il plaisante avec eux. Mais ce jour-là, il avait une expression différente que je n'avais jamais vue auparavant. Il avait une expression si intense, si paniquée, que j'ai dû m'empêcher d'éclater de rire. D'accord, j'admets que j'ai souvent pris plaisir à regarder secrètement Noh, car c'est un sacré personnage. Chaque fois que je vois son visage, je me sens tellement détendu et tout mon stress disparaît puisqu'il peut me faire rire.

    Mais je vous jure que même si j'ai ressenti cela, je n'ai jamais pensé à Noh d'une manière romantique parce qu'il est mon ami (pas vraiment proche) qui est toujours d'humeur si joyeuse. Je sais qu'il est 100% hétéro. J'ai même entendu dire qu'il a une petite amie qui va dans la même école que la mienne, mais je ne sais pas qui c'est. Parfois, je me demande comment Noh se comporte quand il est avec sa petite amie. Est-ce qu'il est du genre à plaisanter comme il le fait au lycée ? (Ce qui serait stressant pour sa petite amie) Ou peut-être est-il du genre incroyablement doux et romantique quand il est avec elle ? Qui sait ?

    Je ne nourrissais aucune arrière-pensée et j'étais tout à fait sincère lorsque j'ai posé cette question à Noh ce jour-là. Je ne me doutais pas qu'un jour, Noh et moi allions tomber dans un gouffre si profond qu'aucun de nous ne pourrait en sortir.

    Aim (Envoie-moi un message quand tu es là, Yuri) dit : Phun, s'il te plaît, ne me quitte pas.

    Mais la réalité n'est jamais aussi simple que l'on a tendance à l'espérer. Je fixe ce message dans la fenêtre MSN Messenger sur l'écran de mon ordinateur avant de laisser échapper un long soupir.

    Mon index tape légèrement sur la souris comme si j’étais quelqu'un dont les pensées vagabondent. En réalité, ma tête est plutôt vide. Ce n'est pas parce que je suis sans cœur ou que je ne ressens rien du tout. C'est juste que j'essaye de penser à tout ça encore et encore, mais je n'arrive pas à trouver de solution. À ce stade, je suis devenu quelqu'un qui essaie de fuir la vérité...

    Il y a eu tant de fois où je me suis repassé ce qui s'est passé, en essayant de comprendre comment tout a pu se passer ainsi. Quel genre de sentiments ai-je pour Noh ? Est-ce que je l'aime ? Je n'ai pas le courage d'admettre que je suis capable de donner quelque chose d'aussi grand que cela à un ami qui est véritablement entré dans ma vie mercredi dernier.

    Je ne peux pas me résoudre à utiliser de tout cœur le mot "amour" avec ce type... mais je sais que je le veux dans ma vie. Avoir Noh à mes côtés la semaine dernière est une chose à laquelle je ne pourrai jamais donner de prix. Chaque fois que je me réveille et que je vois son visage endormi à côté de moi, je ne peux pas m'empêcher de souhaiter que cela se produise tous les matins... jusqu'à ce que nous franchissions la limite de l'"amitié".

    Je me rends compte que ce que j'ai fait est plus que foireux parce que je n'ai plus le droit de faire ça avec quelqu'un d'autre.

    Je veux être un homme honorable qui aimera Aim jusqu'à la fin. Je souhaite que notre relation reste forte parce qu'elle a mis sa confiance en moi.

    En fin de compte, j'ai surestimé mes propres capacités.

    J'ai menti... quand j'ai dit que je n'avais aucune arrière-pensée et que j'étais sincère quand j'ai demandé à Noh d'être mon faux petit ami. C'était un mensonge.

    Sincèrement, je suis extatique quand c'est Noh qui est là maintenant. Noh, la personne qui n'est qu'un ami éloigné de moi. Noh, la personne qui m'a affronté dans cette bataille acharnée où nous avons tous les deux fini par nous écorcher les genoux, il y a huit ans. Noh, la personne qui a fait office d'astrologue à mes côtés lorsque j'étais le chef de la ville pendant la semaine de la langue thaïlandaise de notre école, il y a cinq ans. Noh, la personne que Rodkeng a traînée à ma fête d'anniversaire en ayant l'air très mal à l'aise, il y a deux ans. Il a tellement essayé d'être poli et de parler gentiment tout le temps qu'il était là que je n'ai pas pu m'empêcher de me demander s'il n'allait pas finir par faire quelque chose de gênant pendant la fête...

    Noh, la personne à laquelle je pense toujours quand je me dis que ce serait génial si je rencontrais une fille avec sa personnalité. J'ai souvent souhaité que Aim puisse être aussi brillante et joyeuse que Noh. Il est peut-être bruyant, odieux et se comporte parfois comme un voyou, mais la gentillesse et la sincérité brillent toujours dans ses grands yeux ronds.

    Je me suis lancé un défi en demandant à quelqu'un qui m'a toujours intéressé de faire semblant d'être mon petit ami. Je me suis dit que quoi qu'il arrive, Noh reste un garçon. Peu importe à quel point il est mignon et adorable, il est impossible qu'un jour je commence à avoir des sentiments bizarres pour ce type.

    Mais au fil des jours, j'ai réalisé que je m'accordais trop de crédit. Je n'étais pas aussi fort que je le pensais au départ...

    Le portable noir est posé là en silence, le même silence venant de moi. Je n'ai toujours pas donné de réponse à Aim.

    Je ne sais pas ce qui m'arrive. Deux semaines plus tôt, j'aurais été heureux de taper une réponse disant que je ne la quitterais jamais. Mais aujourd'hui, j'ai l'impression que mes mains sont aussi résistantes qu'une pierre. Je n'arrive pas à trouver une réponse qui ne me fasse pas passer pour une merde.

    C'est parce que je sais quelle horrible personne je suis en réalité.

    Mon index se déplace de la souris vers le dernier numéro que je compose. C'est le même numéro que celui que je voulais appeler plus tôt dans la soirée, mais que je raccrochais à chaque fois avant qu'il ne sonne. Je ne suis pas sûr de savoir quoi lui dire. (Si je lui demande s'il a encore mal, il va me maudire.) A-t-il encore envie de me parler de toute façon ?

    Cependant, mon doigt bouge plus vite que mes pensées et il appuie sur le bouton d'appel. Je mets le téléphone sur haut-parleur et j'écoute la sonnerie. Assez rapidement, il répond au téléphone avec son ton habituel de voyou.

    "Pourquoi est-ce que tu m'appelles ? Je suis juste en face de ta chambre..."

    Je n'en crois pas mes yeux lorsque j'ouvre la porte et que je vois Noh debout. Mon monde s'arrête, car je ne me soucie plus de la façon dont ce petit malin va m'accueillir. Je ne peux qu'entendre ces voix qui résonnent dans ma tête.

    Je veux Noh.

    Je veux que Noh reste à mes côtés.

    Il n'a pas besoin de rester à mes côtés pour le reste de notre vie.

    Je ne demande que ces moments, les moments où nous avons encore ces merveilleux sentiments l'un pour l'autre.

    Je veux me souvenir de ces moments et les garder au fond de moi.

    Si un jour, je dois être avec quelqu'un d'autre, alors je n'oublierai jamais ces moments avec lui.

    Ces moments où Noh était encore dans ma vie.

    Ces moments que je chérirai plus que tous les trésors inestimables du monde.

    "Pourquoi pas Bang Saen ? C'est assez proche."

    "Je m'assurerai que tu arrives à temps pour ton test de demain. Allez, viens !" Hé hé. Je trouve amusante l'expression d'incrédulité sur son visage. Il commence à faire des histoires, comme je le pensais. Il y a un vieux dicton, "les effrontés obtiennent ce qu'ils veulent, les timides s'en passent". Je me fiche de l'importance des histoires que Noh veut faire, parce que je ne sais pas si nous aurons un jour une autre chance d'être ensemble comme ça après ce soir.

    Je peux deviner la vraie raison de sa présence ici en voyant ses yeux ternes et mélancoliques...

    Donc si les choses sont sur le point de changer, alors je ne demanderai qu'une dernière chance d'être avec lui aussi longtemps que possible.

    Pendant que nous étions sur la route, si seulement Noh avait regardé dans ma direction, il aurait remarqué à quel point j'essayais de faire bonne figure et de réprimer mes sentiments en sachant que cette nuit était la dernière que nous passions ensemble.

    Au restaurant, si seulement Noh avait eu confiance en moi, il aurait compris que même si je ne peux pas oublier Aim, l'idée de l'abandonner ne m'a jamais effleuré l'esprit.

    Dans la chambre cette nuit-là, si seulement Noh avait choisi d'être égoïste avec quelqu'un comme moi...

    Si seulement Noh avait eu confiance en moi et m'avait laissé décider de tout...

    Je suis prêt à jeter toutes ces soi-disant vérités. Je suis prêt à jeter les choses qui sont censées être appropriées. Je veux jeter toutes ces choses que l'on nous a enseignées comme étant les bonnes choses.

    Je suis toujours prêt à soutenir Noh aussi longtemps qu'il a besoin de moi.

    Cependant, le monde de la réalité et le monde des rêves coexistent en lignes parallèles.

    Il ne me reste que cette nuit où Noh et moi ne sommes pas amis.

    Je ne peux plus tenir Noh aussi longtemps que je le veux. 

    Plus jamais.

    Phun

    LoveSick - Bonus 1 : Peux-tu l'entendre ?

    « Chapitre 65 : Notre amour est malade - FINLovely Writer »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    regls
    Dimanche 23 Mai à 06:53
    Merci beaucoup un vrai plaisir de te lire
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :