• LoveSick - Bonus 2 : Briller de mille feux

    "Équipe verte, au combat !"

    "Équipe bleue, on y va !"

    "Équipe verte, yeah !"

    "Allez, équipe bleue !"

    Des acclamations bruyantes et des cris d'encouragement remplissent le terrain de basket alors que le dernier round du tir à la corde est sur le point de commencer. Il y a beaucoup de petits garçons portant des chemises de couleurs différentes tout autour du terrain. Certains encouragent leur équipe, d'autres leurs propres amis. Personne ne cède.

    Comme il s'agit d'un affrontement important - la finale et tout le reste - les deux équipes ont choisi les enfants les plus âgés de la tranche d'âge concernée, les élèves de troisième année, pour constituer plus de la moitié de leur équipe.

    "On est prêts ! On est prêts !" crie un grand garçon au bout de la rangée à celui qui se trouve devant en chemise bleue. Comme prévu, tous les enfants les plus forts étaient à l'arrière et ceux à l'air intimidant étaient à l'avant. Il semble que l'équipe bleue ait choisi tous les élèves préférés des enseignants (ou simplement les élèves de troisième année) pour être à l'avant. L'équipe verte, quant à elle, n'a toujours pas trouvé sa composition.

    Plus d'une minute est passée et il semble que l'équipe verte ait enfin réussi à se décider. Ils se sont regroupés et crient un hourra avant que chacun d'entre eux ne se dirige vers sa position désignée. Comme prévu, les plus grands garçons sont à l'arrière. Un garçon à l'allure chinoise, aux yeux ronds et au nez rouge, comme s'il était enrhumé, se trouve en première ligne.

    Un garçon à l'allure soignée dirige l'équipe bleue. Il ne cesse de fixer le garçon aux grands yeux ronds en face de lui. L'arbitre siffle le début de cette compétition acharnée.

    Tous les garçons autour du terrain les encouragent. Les enseignantes s'amusent aussi à regarder la compétition, car il semble qu'aucune des deux équipes ne perde de ses forces, comme le prouve le tissu rouge qui est attaché au milieu de la corde. Il est toujours au même endroit que lorsque la compétition a commencé. Les deux équipes donnent le meilleur d'elles-mêmes.

    "Équipe verte, en avant !"

    "Équipe bleue, allez !"

    "Équipe verte, courage !

    "Équipe bleue, on se bat !"

    Il n'y a pas que les équipes en compétition qui ne perdent pas de force, c'est aussi le cas pour les garçons qui les encouragent. Le garçon à l'avant de l'équipe bleue essuie la sueur sur son front avec son bras. Le soleil commence à se faire sentir. En revanche, le garçon à la peau claire de l'équipe verte semble aller parfaitement bien. Mais quelque chose semble clocher. Quelque chose lui arrive.

    "Ah… ah… ah… ah..."

    Le garçon à la chemise bleue remarque que quelque chose arrive à son concurrent. Ses yeux sombres fixent le garçon dont les sourcils fins se rapprochent lentement. Le nez rouge du garçon tressaille comme s'il ne prêtait plus la moindre attention à la compétition alors qu'il est censé le faire.

    "Ah… ah… ah… ah..."

    Les yeux ronds à moitié fermés du garçon commencent à se rapprocher. Ses lèvres rouges sont retroussées. Pendant un instant, le garçon en bleu perd sa concentration en observant ce qui se passe devant lui.

    "Atchoum !"

    Un éternuement bruyant jaillit de ces lèvres rouges et de ce nez. Il lâche la corde. Tous les autres sont tellement surpris par ça qu'ils lâchent aussi prise et tombent en un tas désordonné.

    "Ouille !"

    Tous les garçons, grands ou petits, crient de douleur. Le garçon à l'origine de tout cela est le plus touché car il s'est écorché la peau claire de ses genoux. L'arbitre et les professeurs se précipitent pour vérifier que tout le monde va bien.

    "Emmenez-le à l'infirmerie !" crie le professeur de gym bronzé après avoir inspecté les blessures. Le garçon blessé proteste bruyamment sans aucun signe d'arrêt.

    "Je ne veux pas ! Ça ne fait même pas mal !" Mais ses genoux en sang prouvent le contraire. Le professeur de gymnastique ne peut que secouer la tête d'un air las devant le garçon.

    "Tu dois y aller même si tu n'as pas mal, sinon tu auras une cicatrice."

    "Non, je n'irai pas !" La petite voix continue inlassablement à faire du bruit au milieu du terrain. L'entraîneur Suwat, le professeur de gymnastique, est à bout de nerfs, alors il laisse le garçon tranquille. C'est alors qu'un autre garçon prend la parole.

    "Hey... tu peux venir avec moi. Je vais aussi à l'infirmerie."

    "Hm ?" Le garçon qui a fait une scène fronce ses fins sourcils une fois qu'il voit son concurrent se tenir devant lui. Le garçon à la chemise verte sourcille en regardant celui à la chemise bleue. Il est un peu confus, mais il comprend quand il voit que l'autre garçon s'est aussi écorché les genoux.

    Le garçon à l'apparence soignée sourit et tend la main pour aider le garçon blessé. Le garçon à la chemise verte le regarde avec hésitation.

    "On y va ensemble ?"

    Cette fois, il prend la main du garçon à la chemise bleue. Il laisse son ami l'aider jusqu'au bureau de l'infirmière sans protester davantage. 

    --------------------------

    "Bon, tout le monde est là ? Bon, je ne vais pas attendre ceux qui ne sont pas là. Je commence notre réunion pour la représentation théâtrale en langue thaïe de cette année." Une enseignante d'âge moyen à l'air menaçant tapote doucement sur une pile de papiers sur la table de réunion.

    Une paire de talons hauts claque dans la pièce tandis que les scripts sont distribués aux élèves. L'enseignante s'arrête devant un garçon qui semble être poli et bien élevé.

    "Phun. Tu es le seul représentant des élèves de 5ème année ?"

    "Euh..." Mais avant qu'il ne puisse répondre, quelqu'un ouvre bruyamment la porte et l'interrompt.

    "Je suis désolé d'être en retard !" Un garçon maigrichon à la peau claire, dont la chemise est débraillée, s'excuse rapidement auprès de l'enseignante. Il se tient sur le seuil de la porte, toujours à bout de souffle. L'enseignante le dévisage, mais elle hoche ensuite la tête et laisse l'élève insolent entrer dans la salle sans le gronder.

    "Merci de m'avoir gardé une place !" Le nouveau venu affiche un large sourire et s'élance vers le siège à côté de l'élève de son année. Les deux jeunes ne sont pas très proches, mais ils sont dans la même école depuis cinq ans maintenant, alors ils se connaissent au moins un peu.

    "Tiens. Je t'ai gardé une copie du script. Comment ça se fait que tu sois en retard, Noh ?"

    "Oh ! Merci encore une fois ! C'était mon tour de nettoyer la classe mais j'ai fini par sécher quand même. Ohm va se se jeter sur moi quand je reviendrai, c'est sûr." Ses lèvres rouges bougent et crachent quelques plaintes tandis que ses yeux ronds et sombres scrutent le script qu'il a reçu plus tôt.

    "Merde ! C'est quoi le problème avec ces dialogues ?! Son Altesse m'a donné l'ordre de savoir si Votre Altesse allait partir. Si c'est le cas, Son Altesse accompagnera Votre Altesse, mais sinon, Son Altesse ne partira pas sans Votre Altesse. C'est insensé ! Est-ce même du langage humain ?! Ça ne peut pas être plus simple que ça ?!" Sa voix aiguë est tellement forte que son ami assis à côté de lui se penche et couvre sa bouche bavarde. Mais c'est trop tard, le professeur lui lance déjà un regard noir.

    Phun adresse un sourire embarrassé à son professeur avant de chuchoter quelque chose à son ami trop bruyant. "Ne te plains pas si fort..."

    "D'accord, d'accord." Répond-il rapidement après s'être plaint bruyamment. "Désolé..." Chuchote Noh en faisant un signe de tête raide à son professeur pour s'excuser.

    "Le mien est assez difficile aussi." Phun continue à parler tout en révisant ses propres lignes. Ses yeux perçants jettent un coup d'œil à son ami qui se gratte la tête. Il ne peut s'empêcher de sourire à lui-même.

    "Noh, tu veux répéter avec moi pendant le déjeuner ?" Et à ces mots, le garçon aux sourcils froncés relève la tête avec excitation. 

    "Pour de vrai ?!"

    "Ouais..."

    "Faisons-ça ! C'est parti ! Merci ! Je me demande combien de fois je t'ai remercié aujourd'hui." Ses yeux ronds sont clairement remplis de joie.

    Phun glousse doucement. "Je ne compte pas. Hahaha. Je te vois demain à midi alors."

    "Ok !"

    ---------------------------------------------

    "Bordel de merde, Keng ! Pourquoi tu m'as traîné ici, bordel ?! C'est tellement ennuyeux, putain ! Je ne peux même pas jurer ! Putain !" La voix cassée provient d'un garçon avec une coupe rasée et des lèvres rouges. Il commence à faire une scène sur fond de musique douce en arrière-plan. Ils se trouvent dans un jardin qui a été transformé en lieu de fête d'anniversaire pour le fils aîné de cette famille qui va avoir 15 ans.

    Comme prévu, Rodkeng réagit en donnant une claque sur la tête du garçon.

    "Si tu sais que tu n'es pas censé jurer, alors pourquoi tu élèves la voix ?! Va trouver quelque chose à mettre dans ta putain de bouche avant de nous rendre tous les deux fous." dit le garçon maigre et il pousse une assiette pleine de nourriture vers le visage de son ami effronté.

    Il continue à le gronder. "Je me suis dit que tu connaissais Phun car vous vivez assez près l'un de l'autre. C'est pourquoi je t'ai invité." Celui qui écoute est devenu silencieux car il est trop préoccupé à finir toutes les crevettes devant lui en moins d'une minute.

    Noh mâche rapidement puis avale. Il enchaîne avec de grandes gorgées d'eau dans un verre. "On n'est pas si proches ou quoi que ce soit. Ok, je m'en vais. Tu vas rester, hein ? Je vais juste rentrer à la maison et jouer à des jeux vidéo."

    "Yo ! Tu vas te barrer juste après avoir mangé tout ce que tu veux, connard ?!"

    "Yep. C'est moi. Je me casse d'ici. À plus !" Sans hésiter, il se lève aussitôt de son siège avant de faire un signe d'adieu à Rodkeng et à ses autres amis qui sont plutôt des connaissances. Puis, il se dirige vers le portail de l'immense manoir.

    "Eh, 'Keng ? Et Noh ? Vous n'êtes pas venus ici ensemble ?" Moins d'une minute plus tard, le roi de la fête arrive et lui demande, de sa voix grave, à propos de celui qui vient de partir.

    "Il vient de partir, Phun. Qu'est-ce qu'il y a ?"

    "Déjà ?" Le garçon semble surpris, alors Rodkeng ajoute rapidement quelque chose.

    "Il est parti par là. Tu devrais faire vite si tu veux lui parler. Il est parti il y a une minute, tu devrais pouvoir le rattraper si tu te dépêches."

    "Merci." dit Phun avec un sourire avant de s'enfuir.

    Il n'y a que les lumières des lampadaires qui éclairent la petite rue sombre au milieu de la nuit.

    Noh prend ses marques et suit le chemin familier. Il veille à garder un œil sur les motos louées qui passent. La musique de la fête se fait encore entendre faiblement derrière lui.

    Tap ! Tap ! Tap !

    "Noh ! Noh !"

    C'est la voix de qui ? Se dit le propriétaire du nom. Il se retourne pour voir que le maître de la soirée d'anniversaire a fui sa propre fête.

    "Phun ? Qu'est-ce qu'il y a ?" Noh s'arrête de marcher pour que Phun puisse le rattraper. Une fois arrivé à l'endroit où se trouve Noh, il halète pour reprendre son souffle, puis il se met à parler.

    "Tu rentres déjà chez toi ? La fête doit être ennuyeuse. Désolé pour ça."

    "Oh !" Même si c'est vrai, il ne peut pas l'admettre parce qu'il se sent désolé pour lui. "Non ! Ma mère a appelé, je dois rentrer. Désolé de ne pas avoir pu rester jusqu'à la fin de ta fête." Ment rapidement le garçon à l'allure chinoise et tapote par culpabilité l'épaule de son pas tout à fait ami proche que tout le monde trouve vraiment beau.

    Un sourire soulagé se dessine sur le visage de Phun. "Pourquoi je ne te raccompagnerais pas chez toi ? Je ne savais pas que tu vivais dans le coin."

    "C'est bon ! Je peux rentrer tout seul, sans problème !" Il sourit avant de décider de dire quelque chose sur un ton sournois. "Je parie que le héros de la fête manque à toutes les filles puisqu'il est parti depuis un moment maintenant. Hé hé hé." C'est évident car plusieurs filles du couvent sont présentes ce soir. Phun sourit timidement après cette petite taquinerie et Noh donne quelques coups de coude à son bel ami.

    "J'aime bien celle qui est en rose. Tu devrais me la présenter."

    "Ha ha ha, bien sûr, bien sûr." Phun sourit en réponse, ce qui provoque un sourire chez Noh.

    "Je vais y aller maintenant !"

    "Ok, rentre bien chez toi, Noh."

    "Je vais essayer. Hé hé." Répond le garçon avant de faire demi-tour et de marcher sur le chemin qu'il a emprunté. Mais il semble qu'on lui ait rappelé quelque chose, alors il se retourne.

    "Hé, Phun !" Crie-t-il fort parce qu'il pense que Phun s'est déjà éloigné, mais ce n'est pas le cas. Phun se tient toujours au même endroit où il se gratte la tête, gêné.

    "Joyeux anniversaire, mec."

    Quand Noh dit ces mots, il ne s'attend pas à un grand sourire de la part de Phun. Phun lui-même agit comme s'il n'arrivait pas à en croire ses propres oreilles au début, mais son sourire large rencontre un autre large sourire venant de la personne qui lui a souhaité un joyeux anniversaire.

    "Je n'ai pas apporté de cadeaux cependant... désolé." S'excuse Noh et Phun secoue la tête.

    "Ce n'est pas grave. Je suis content que tu aies décidé de venir à la fête." Hum, c'est quelque chose que dit l'organisateur de la fête à ses invités, non ? Se dit le jeune homme. En tout cas, il sourit en réponse.

    "Au revoir..."

    Il lève sa main pâle au-dessus de sa tête pour dire au revoir, puis il fait demi-tour et s'en va.

    Cette nuit-là, Noh ne savait pas qu'il aurait une autre chance de revenir dans ce manoir, et qu'il ne pourrait plus jamais tourner le dos à Phun.

    « Chapitre 65 : Notre amour est malade - FINLovely Writer »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Dimanche 6 Juin à 21:32

    Merci merci merci ! Phun et Noh sont des personnages que j'affectionne beaucoup et lire le roman est un régal. Merci pour ce formidable travail tous ces longs mois.

    Des bisous et encore merci, je m'en vais de ce pas lire les derniers chapitres

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :