• Chapitre 38 : Ce que je souhaite

    Chapitre 38 : Ce que je souhaite

    « P'Noh ! »

    Mon corps tressaille quand j'entends nong Pang, qui était en train de choisir des friandises, m'appeler. Je ne me rappelle même pas depuis combien de temps nous nous ne sommes pas vus. Toutefois, ce n'est pas vraiment le bon moment de tomber sur elle.

    « Yuri, je dois y aller, ok ? Bye ».

    Je raccroche rapidement le téléphone. Mes lèvres essaient de former des mots pour dire quelque chose à nong Pang. Elle se tient devant moi avec un large sourire. Mais avant que je ne puisse entamer une conversation amicale, une autres voix se fait entendre.

    « Pang? Les sodas sont là-bas. Quel genre tu veux ? Je ne sais pas lequel prendre. »

    Je ne suis pas certain que je devrais me sentir heureux ou quelque chose comme ça quand je constate que Phun est maintenant devant moi.

    Nous nous dévisageons un moment. Ses yeux sont agrandis par la surprise, mais ensuite il se force à me sourire.

    «-  Oh... Noh. 

    - Oh... salut. Qu'est-ce que vous faîtes la ? »

    C'est une question tellement stupide à poser. Ils sont dans un supermarché, ce n'est pas comme s'ils étaient venus là pour jardiner. Je me maudis dans ma tête.

    Cependant, nong Pang n'est pas quelqu'un de désagréable, je le sais. Elle me fait un grand sourire avant de sautiller pour se mettre à mon niveau.

    « Nous achetons les ingrédients pour faire des cookies. P'Noh , tu devrais venir les préparer avec nous. S'il te plaît! S'il te plaît ! »

    Apparemment, l'esprit de Yuri a pris possession de son corps et elle commence à me supplier. Je ne sais pas quoi dire. Je continue de regarder la jeune fille qui gigote à côté de moi, avant de passer sur Phun et de me retourner vers elle de nouveau. Je ne suis pas sûr de savoir comment je dois lui répondre.

    Au final, Phun intervient.

    « Pang, p'Noh est probablement occupé, il ne faut pas le déranger. »

    Il reprend sa sœur et me regarde en soupirant. Je sais que Phun se méprend encore sur la situation. Je sais qu'il ne veut pas de moi chez lui en ce moment non plus. Mais si tel est le cas, alors comment pourrons-nous jamais résoudre ce malentendu ?

    « Je suis libre. Je peux vous aider pour la dégustation, d'accord ? »

    Je le court-circuite en acceptant l'invitation. Nong Pang saute de joie , mais je ne sais pas quelle expression Phun peut bien faire parce que je ne suis pas assez courageux pour le regarder en face.

    Je reste à peu près tranquille durant tout le trajet en taxi. La voix enjouée de nong Pang se lance occasionnellement dans de courtes conversations avec Phun. Mais lui et moi ne nous disons pas un mot. Une fois arrivé devant les hautes portes, Phun rentre à la hâte à l’intérieur de la maison avec tous les sacs de courses, sans remarquer ce que sa petite sœur mijote. Elle se tourne vers moi en un clin d’œil.

    « Vous vous êtes disputés tout les deux, hein ? »

    Je suppose que notre silence a était évident pour nong Pang.

    Je lui fait un sourire faux.

    « N-Non , nous ne nous sommes pas disputés.

    - Tu parles ! Vous deux, vous devriez parler. Et je vais vous préparer quelques chose de délicieux pendant ce temps-là"

    Peu de temps après , Phun revient.

    « Bah ? Où est Pang ? 

    -Elle a dit qu'elle allait nous préparer quelque chose de bon à manger.

    -Je vois. Tu veux regarder la télé ? » me demande-t-il en me conduisant dans le salon.

    Quelqu'un d'autre devait la regarder avant nous puisque elle est déjà allumée sur la chaîne HBO. Je jette un coup d'oeil à Phun qui affiche une expression vide sur le visage et zappe sans même me regarder.

    « Phun... ».

    Je soupire puis je commence à parler.

    « Quoi.. ? »

    Cela peut ressembler à une réponse normale, mais je sais qu'il se sent mal.

    « Je suis désolé...que tu l'aies découvert de cette façon. 

    - ... »

    Seul le son de Cartoon Network brise le silence entre nous. Je retiens presque mon souffle en attendant qu'il recommence à parler car je sens que j'ai fait ma part en lui disant ce que je devais lui dire. Le reste dépend de lui maintenant. Son visage pointu s'est assombri. Les lèvres orange clair de Phun sont pincées comme s'il réfléchissait à quelque chose.

    « Tu ne savais pas... comment me le dire, pas vrai ? » me demande-t-il doucement comme s'il était complètement épuisé.

    Cette situation me déchire à l'intérieur. Je voulais tout faire pour lui, pour qu'il puisse être heureux, mais finalement je me retrouve responsable de son état actuel.

    Les yeux de Phun sont clos. On dirait qu'il ne veut plus rien savoir d'autre.

    «Tu ne me la pas... caché intentionnellement, n'est-ce pas... ? »

    La façon dont il le dit ressemble plus à un supplice qu'a une question. Je me rapproche de son corps raide. Il semble si fragile. Je pose doucement ma main sur le dos de la sienne.

    « Phun... je suis désolé. Honnêtement, je ne savais pas comment te le dire... parce-que je ne voulais pas te voir comme ça... »

    Je serre sa main un peu plus fort. Je le regarde soutenir sa tête de son autre main en expirant faiblement. Je peux sentir celle que je tiens trembler. Malgré le fait que je ne puisse pas voir ses yeux, je comprends la bataille acharnée qui fait rage au fond de lui.

    « Est-ce-que quelqu'un d'autre que toi le sait ? » me chuchote Phun, et je secoue la tête, même si je sais qu'il ne me regarde pas.

    « Je l'ai appris par Golf. Je ne l'ai jamais dit à personne d'autre.

    -Je ne veux pas que les gens aient un regard mauvais sur elle »

    Malgré la détresse dans laquelle elle l'a plongé, Phun se préoccupe encore de cette fille. Je me rends compte que Phun est ce genre de personne. Une fois qu'il commence à se soucier de quelqu'un, c'est pour toujours.

    Il fait une grimace avant de se forcer à poursuivre.

    « Et je ne veux pas que tu sois triste d'avoir à me voir comme ça non plus... » me dit-il en enlevant sa main de la mienne, afin de la serrer à son tour. Il continue de sa voix grave.

    «... Es-tu en colère que je sois triste de ce qui arrive avec Aim ? »

    Je savais qu'il penserait quelque chose comme ça. Je savais que Phun aller avoir peur que je sois blessé en voyant combien il se préoccupe d'Aim. Il se trompe, parce que ce n'est pas le moment pour être jaloux ou pour se fâcher pour une chose aussi triviale. Au contraire, il me décevrait s'il ne ressentait rien du tout après ce qu'il s'est passé ».

    J'aime Phun parce qu'il est vrai avec tout le monde et parce qu'il est toujours préoccupé par le bien-être des autres. Si Phun était une personne égoïste qui ne valorise que son propre bonheur alors je ne voudrais rien avoir à faire avec lui.

    J'utilise ma main libre pour serrer celle qui tient déjà mon autre main.

    « Écoute moi, Phun... »

    Il tourne son visage afin de me regarder dans les yeux, et je poursuis.

    « Depuis combien de temps êtes-vous ensemble ? Si tu devais faire face à quelque chose comme ça sans rien ressentir du tout, alors je me sentirais mal. Je suis heureux d'avoir rencontré une bonne personne comme toi. Et je suis à nouveau désolé non seulement pour ne t'avoir rien dit à ce sujet mais aussi pour t'avoir laissé le découvrir de cette façon... »

    Plus je parle, plus je me sens mal. Je me hais tellement que je n'ai même pas le courage de regarder Phun dans les yeux. Je peux à peine me rendre compte qu'il secoue la tête.

    « Je comprends... Merci de te soucier de moi. Il y a combien de temps que tu le sais ?

    -Depuis le... tournois de football.

    -Il y a un petit moment alors. » me dit-il avec un petit rire, mais je sais très bien qu'il n'est pas d'humeur à plaisanter.

    Je jette un coup d’œil à son visage en pleine souffrance. Puis Phun me dit quelque chose d'autre.

    « J'ai juste besoin de temps, Noh. Je te le ferai savoir quand je serai prêt. »

    Voir les larmes de Phun couler sur ses joues me tue.

     

    * * *

     

    C'est lundi et j'arrive à l'école. Je pose vite mon sac de cours sur mon bureau, dis bonjour a Ohm et au reste des gars comme d'habitude, et je me faufile à l'extérieur de la salle de classe pour passer une appel.

    Je téléphone à Golf parce qu'il y a quelque chose d'important que je dois lui faire savoir. Si vous vous demandez pourquoi je ne l'ai pas appelé dimanche, c'est parce que le dimanche est un jour passé en famille pour Golf. Je sais ça semble vraiment étrange, non ? Mais c'est vrai. Il a mauvais genre, mais il est assez attaché à sa famille. Si quelqu'un venait à l'appeler et l'inviter quelque part un dimanche , il l'enverrait sur les roses En plus, il répond rarement au téléphone le dimanche de toute façon. Tout le monde sait que nous pouvons seulement lui envoyer des textos ce jour-là. Mais ce que j'ai à lui dire est important et ça ne pouvait pas se faire par texto alors j'ai attendu jusqu'à lundi pour l'appeler.

    ♫Donne moi quelque chose en quoi croire.

    Car je ne crois plus en toi, en toi

    Je me demande même si ça ferait une différence d'essayer

    Ouais, alors c'est un au revoir.

    « Quoi de neuf , meeeeeeeec ? Où-est-ce qu'on va boire ? Allons-y maintenant ! »

    La sonnerie d'attente de Golf entame presque le couplet suivant le temps qu'il réponde. Je songe à me plaindre du temps qu'il lui faut pour décrocher mais je pense que j'ai une autre raison pour lui hurler dessus.

    « Vraiment très drôle. Tout le monde était là vendredi soir. T'étais où, bordel ? »

    Je lui fais des reproches car je crois que s'il avait été là, les choses n'auraient pas aussi mal tournées. Il répond sur un ton de voix franchement désagréable.

    « J'étais trop occupé à baiser- je veux dire, à sortir avec une gonzesse. Pourquoi ? Ai-je raté quelque chose de génial ?

    -Ouais... totalement génial. » lui dis-je en expirant fortement.

    Ça fait réagir Golf.

    « Que s'est-il passé ?

    -Phun sait, pour Aim.

    -Yoooooo ! Tu lui as dit ?! Tu aurais pu me prévenir que tu allais lui annoncer ! »

    Naturellement, Golf en fait tout un plat à l'autre bout de la ligne. Je ne prends même pas le temps de m'agacer de ses vociférations, parce que je suis trop préoccupé par ce à quoi je fais face en ce moment.

    « Je ne lui ai pas dit... 

    -Alors comment il l'a découvert ?

    -Il a vu la vidéo sur mon téléphone...par accident...

    -... »

    A ce stade, nous devenons tout les deux silencieux. Je ne peux pas dire ce qu'il a en tête.

    « C’était la pire façon possible. Mais je ne dis pas que c'est de ta faute. Tu n'as sûrement pas voulu que ça se passe comme ça «

    Ah ouais ? T'es vraiment sûr de ça ?

    Je regarde mon téléphone dans un mouvement d'irritation avant de laisser échapper un long soupir.

    « Bien sûr que non. J'étais tétanisé quand je me suis rendu compte qu'il l'avait découvert, mais nous avons déjà pu parler. Il a dit qu'il avait besoin de temps. »

    Golf soupire également.

    «D'accord, fais moi savoir quand il sera prêt, je t'aiderai de n'importe quelle façon que je peux.

    -Merci mec. Et merci au nom de Phun aussi.

    -C'est bon , c'est bon. Ton ami est mon ami. »

    Je suis profondément touché par sa réponse. Je fais un sourire même s'il ne peut pas me voir. Je sens que je suis extrêmement chanceux d'être entouré par tant de bon amis comme ça.

    « Je t'aime, mec. »

     

    * * *

     

    Il est midi et la cafétéria est bondée. Je n'ai pas beaucoup de temps libre aujourd'hui, j'ai un tas de choses à faire et je cours partout. Je dois rentrer en contact avec différents départements universitaires parce que j'ai besoin de leur aide pour le concours live dans quelques jours.

    Je cours vers l'endroit où les boissons son vendues parce que j'ai compris que je ne vais pas avoir le temps de manger. Je dois encore parler avec une tonne de gens. Nous organisons l'événement dans le gymnase cette année donc les choses sont un peu compliquées à mettre en place. La personne qui s'occupe du gymnase est (vraiment) du mauvais côté.

    « Tante, Je vais prendre... une bouteille de Splash. »

    Je vais juste faire semblant d'être Nichkhun(1) pour aujourd'hui Y___Y.

    Je commande ma boisson habituelle tout en jetant un regard autour de la cafétéria. La gentille dame s'affaire ici et là ,en essayant de m'ouvrir la bouteille.

    Je repère une grande personne se promenant non loin, son beau visage dénué du moindre sourire. J'ouvre la bouche pour hurler son nom, mais finalement je me retiens. (J'ai mal à la gorge.)

    « Tante, je vais prendre une boite d'Ovomaltine aussi. »

    Je deviens un fardeau pour la pauvre dame qui marche lentement vers le réfrigérateur. Je me dirige vers nong Mick (le petit-ami d'Ohm) une fois que j'ai tout ce que j'ai commandé. Il est avec ses amis en train de déjeuner.

    « Hey, Mick !

    -O-Oui... p'Noh ? »

    Nong Mick est un garçon qui réagit comme s'il était constamment en panique. Je l'ai remarqué à plusieurs reprises aujourd'hui. Chaque fois que quelqu'un appelle son nom très fort , il tressaille immédiatement. Parfois, nous aimons la taquiner en faisant ça. (Film nous crie dessus puisque Mick est son junior préféré.)

    « Puis-je t'emprunter un stylo et un post-it ? 

    -Bien sûr. » me répond-t-il en cherchant dans son sac les fournitures scolaire qu'il arrive toujours à avoir sur lui. (Je suppose qu'il venait de changer de salle.) J'attends seulement un court instant avant qu'il ne me tende un stylo bleu et un post-it rose fluo.

    Est-ce une bonne idée ? -__-

    « Tu n'as pas une autre couleur, Miiiiiiiiick ? »

    Si Film était ici, il m'aurait engueulé parce que Mick est assez gentil pour me accéder à ma demande alors je n'ai pas à me plaindre en plus. (Mon dieu. Je ne peux pas y toucher du tout ,à Mick. Ou si ?)

     Mais il secoue rapidement la tête.

    « Je n'en ai pas p'Noh. En fait j'ai eu ceux-là par ma grande sœur. »

    C'est vrai, s'il les avait achetés lui même, ça aurait été trop mignon (d'une façon bizarre) pour lui.

    En tout cas , la couleur n'a pas d'importance finalement. J'accepte le bloc de post-it et en arrache un. Ensuite je griffonne quelque chose dessus à la hâte.

    « Merci beaucoup, Mick ! Je ferai en sorte que tu aies plus de temps seul à seul avec Ohm ! Hé hé. »

    Je n'attends pas assez longtemps pour entendre ses dénégations (ils prétendent encore qu'il n'y a rien entre eux) et je me précipite avant que mon objectif ne disparaisse.

    Phun se promène en face de la cafétéria pas trop loin de la où je suis, avec un groupe de ses camarades de classe. Je suppose qu'ils ont déjà fini de manger et sont sur le point de retourner jusqu'à leur salle de classe. En réalisant ça, j’accélère mon allure pour passer devant le secrétaire du conseil des étudiants en lui fourrant la boite d'Ovomaltine dans les mains. (C'est une scène semblable à un trafic de drogues.)

    «  :) , Souris un peu. :) »

    Voilà ce que j'ai écrit sur le post-it avant de la mettre sur la boîte d'Ovomaltine. Pourtant je ne me retourne pas pour voir si Phun a souri tout comme le dit la note, parce que je suis trop gêné. Je ne sais pas si ses amis m'ont vu ou non. Je suis trop concentré sur le chemin vers le bâtiment F et la salle du club.

    Bip Bip.

    Mon téléphone me prévient que j'ai reçu un texto alors je jette un œil.

    « Merci.

    Je souris maintenant =) »  

    Auteur : Phun Conseil des Etudes.

    Son émoticône en forme de sourire me fait en avoir un énorme, pas très différent de celui d'un malade mental. Je ne pense pas que Phun puisse surmonter toutes les choses terribles qui sont arrivées si tôt.

    Je souhaite seulement que Phun soit capable de sourire... et qu'il soit heureux avec les choses qu'il a encore. C'est tout.

    « Je suis là pour toi. »

      

    (1) : Nichkhun est un acteur, chanteur, mannequin sino-thaï.

    « Buffet BL à volonté !(Still) 2gether The Series »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    4
    regls
    Samedi 26 Septembre à 09:24
    Merci beaucoup
    3
    Vendredi 25 Septembre à 10:23

    Merci

    2
    adttati
    Dimanche 20 Septembre à 21:44

    Merci beaucoup 

    1
    kina
    Samedi 19 Septembre à 21:42

    merci pour ces 2 chapitres

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :