• Chapitre 60 : Prologue

    Chapitre 60 : Prologue

     

    Toutes les choses terribles (pour moi, du moins) étaient enfin derrière nous. Notre vie était devenue paisible... du moins pour quelques jours. Ces quelques jours ont été tout à fait merveilleux et tout simplement apaisants. Vous savez, comment le ciel est limpide juste avant un orage ? Et puis la tempête vous prend complètement au dépourvu ? C'était exactement comme ça. Nous n'étions pas conscients du calme avant la tempête. Non, c'était pire qu'une tempête.

    C'était l'ouragan final.

    Et bien, je suis baisé. Sérieusement, tuez-moi (parce que maman et papa me tueront de toute façon quand mes notes seront connues). Comment je peux déjà connaître mon destin ? Je le sais parce que je dors toute la journée tous les jours. Je joue à ma PSP quand les professeurs font leurs cours. Je joue à DotA quand je rentre chez moi.  Le matin, je copie les devoirs de Keng. Alors qu'est ce que je suis censé utiliser pendant les examens alors que mon cerveau est complètement vide de toute connaissance utile ? Une fois que j'ai la chance de comprendre tout ça, je décide de faire mon sac pour aller dormir chez le Dr Whaen afin de... jouer à DotA avec Ohm. Non, attendez ! Je veux dire, pour étudier ! (Ah, j'ai laissé échapper ça.) De toute façon, il n'y a aucune chance qu'Ohm et moi soyons capables d'apprendre quoi que ce soit par nous-mêmes. Finalement, on appelle Keng, Palm, Pong et Rodkeng (qui ont encore quelques neurones dans la tête), pour qu'ils viennent nous donner des cours particuliers. Mais quand Dong, Ken et Em l'apprennent, ils demandent s'ils peuvent venir chercher quelques miettes... je veux dire quelques connaissances aussi. (Je ne voulais pas utiliser ce mot, je suis sérieux… peut-être.)

    Et ainsi, la session de tutorat de niveau national commence ! (Ok, descendez d'un cran.) Je m’allonge sur le ventre pendant que je prends des notes sur les parties importantes. Je les lis à haute voix en même temps aux gars. Ça devient confus par moments. Pas que de temps en temps, en fait. Tout a été confus dès le début, pour être honnête. Ces tuteurs invités sont les pires. Il n'y a aucune cohérence dans leur façon de réviser les choses. Sérieusement, vous êtes vraiment dans la même classe ?! Tout ce qu'ils font, c'est se lancer dans de longues discussions sur la tension potentielle électrique, les cellules électrochimiques et les circuits électriques ou je ne sais quelle merde. Est-ce que je comprendrai un jour ces foutus concepts ?! On n'a qu'à étudier autre chose ! On décide de ranger notre livre de physique (parce que personne n'arrive à se mettre d'accord sur qui a raison et qui a tort) et de passer à la biologie à la place. Mais... ça ne change rien. Keng et Palm continuent à vouloir s'affronter comme avant. Quand Keng dit quelque chose, Palm l'interrompt. Quand Palm souligne quelque chose, Keng l'interrompt avec autre chose. Ceux qui payent le prix fort, ce sont les spectateurs. Nous sommes assez confus et abasourdis par toute cette histoire. Tout ce que l’on peut faire, c'est de laisser ces deux-là s'affronter sous nos yeux impuissants. C’est alors que mon téléphone sonne et que je vois un nom qui m'est très familier sur l'écran.

    Phun Phumipat ! La réponse finale !

    On n'y peut rien, il appelle pile quand on a des problèmes, alors c'est de sa faute, ah ah ah. Phun est intelligent, comme on peut s'y attendre de la part de quelqu'un qui est dans la classe des surdoués. Bien sûr, il court souvent partout en faisant des choses stupides avec moi, mais je pense qu'il est probablement attentif pendant ses cours puisque ses notes sont toujours élevées et j'en suis secrètement jaloux. Quoi qu'il en soit, Phun appelle pour emprunter mon premier album de Nirvana. Il sait que j'en possède un. (C'est une rareté, laissez-moi vous le dire. Mais il est toujours d'humeur à écouter de la musique malgré l'approche de nos examens ? À quel point est-il détendu ?). Le problème, cependant, c'est que je ne suis pas à la maison. Mais plus important encore, il y a un petit quiproquo. Hé hé hé.

    Ainsi, les séances intensives de tutorat par le pauvre Phun Phumipat commencent. Malheureusement pour lui, il nous a pris comme élèves. Non, sérieusement. C'est vraiment pitoyable. Je stresse pour lui, surtout quand Ohm pose des questions sur Euler. Il veut savoir qui est ce type et où il vit pour pouvoir aller frapper le père d'Euler à la tête... pour avoir inventé la théorie des graphes. (Il est un peu mort, salaud !) Je ne peux pas croire qu'Ohm imagine ça. Eh bien, frappe-les pour moi aussi parce que je les déteste aussi.

    En fin de compte, Phun finit par passer trois nuits et deux jours chez le Dr Whaen (comme si c'était un voyage en camping). On se sent tous comme un fardeau, mais Phun ne cesse de dire que c'est tout bon et que c'est une façon pour lui de réviser certaines choses pour lui-même de toute façon. Comme je suis normalement une personne prévenante, je lui demande de nous donner des cours de physique après avoir terminé les mathématiques. (Ha...)

    Et bien sûr, après de telles séances de tutorat...

    ... je suis encore complètement désemparé pendant mes épreuves...

    Argh ! Qu'est-ce que ces professeurs veulent de moi ?! Merde. Je veux dire, Phun a donné les questions qui devraient être dans les tests et je les ai reconnues. C'est juste que... je n'étais pas entièrement concentré quand il nous faisait cours. L'air conditionné de la maison du Dr. Whaen était tellement agréable et frais, qu'est-ce que j'étais censé faire ? Sans parler de la façon dont Tante Pen (c'est la femme de ménage) nous gâtait avec des sodas, des snacks, des fruits et toutes sortes de choses délicieuses. Disons que soixante pourcent de ma concentration était sur la boîte de Prinkles, vingt pourcent sur les boulettes de riz, dix pourcent sur les verres de Coca et les derniers dix pourcent sur les manuels scolaires, hahaha. Je me demande si je finirai par manger un gros œuf dur quand j'aurai mes notes.

    De toute façon, c'est du passé maintenant et je ne peux rien y faire (sérieusement ?) car nos vacances d'été sont enfin arrivées. Dès le début de nos vacances, on a décidé d'aller à la plage ! Ohm, Keng, Rodkeng, Pong, Em, Dong, Palm et moi sommes allés à Ko Chang pendant quatre jours et trois nuits. On est revenus vraiment bronzés. (Surtout Ohm, il était le plus bronzé d'entre nous.) Il s'est aussi passé quelque chose de vraiment effrayant, mais je ne vous le dirai pas. (C'est un secret.) Bien que ces vacances d'été ne soient pas que du plaisir et des jeux... à cause de notre école qui oblige tous les lycéens à prendre des cours d'été de mars à avril. Wah. Ils sont trop cruels.

    Mais il y a le Camp Pharma qui va nous remonter le moral, hé hé hé. J'espère qu'il y aura de jolies filles là-bas, comme des bonbons pour les yeux, comme Ohm le dit.

    Les étudiants en pharmacie nous ont demandé de nous présenter à une heure indue du matin. Et je veux dire vraiment tôt. Ils veulent que l'on se présente à la gare de Bangkok à sept heures du matin. Argh. J'ai cru que j'allais perdre la tête. C'est les vacances d'été, donc je vais me coucher à 7 heures du matin. Heureusement, Phun l'a compris et m'a appelé avant même que les coqs ne se lèvent. Sinon, quelqu'un aurait manqué ce train, c'est sûr. Il est possible que ce quelqu'un ait été un peu trop excité de jouer avec sa nouvelle Wii et qu'il soit resté debout jusqu'à 4 heures du matin... et qu'il ait oublié son réveil quand il était censé le faire. Je repense à moi en sortant maladroitement de mon taxi, car j'ai somnolé pendant tout le trajet. (En plus, la circulation était horrible).

    Je me dirige en titubant vers l'entrée où Phun a dit qu'on se retrouverait. Le bel idiot se tient là avec un énorme sourire sur le visage. Je suppose qu'il m'encourage et espère que j'arriverai là où il est en un seul morceau. Honnêtement, j'ai l'impression de marcher les yeux fermés là. 

    "Tu es resté debout tard, n'est-ce pas ? Tu vois ? Je t'avais dit de te coucher tôt."

    "Je ne me suis pas couché tard, j'ai juste... dormi tard." Merde, je ne me trompe pas, n'est-ce pas ? Pourquoi tu m'as frappé à la tête ?! Je frotte l'endroit où j'ai été frappé, me sentant légèrement irrité mais aussi étourdi (parce que je ne suis pas encore complètement réveillé). Pendant ce temps, Phun me tire par le bras et nous nous dirigeons vers l'intérieur de la gare.

    Au moment où on est sur le point de franchir l'entrée, Ohm nous bloque. Il y a une expression de panique sur son visage.

    "Yo, Phun !" Et il ne me dit même pas bonjour ! Il dit le nom de Phun à la place ?! Je suis en train de me réveiller.

    "Quoi de neuf ?" Je ne sais pas si je me fais des idées, mais même si Phun semble parfaitement poli, il y a un léger ton incisif dans sa voix.

    Je les regarde fixement en clignant rapidement des yeux. Finalement, Ohm montre les dents au secrétaire du conseil des élèves à qui il doit tant (vous savez, le truc des finales).

    "Toi ! Tu n'avais pas dit qu'on irait au Camp Pharma ?! Alors c'est quoi ce bordel ?!"

    "Qu'est-ce qui se passe ?" C'est à mon tour de poser la question, je ne peux pas m'empêcher d'intervenir. On ne va pas au Camp Pharma ?

    Ohm me lance un regard agacé avant de répondre. "C'est un camp de reboisement ! Phun ! Explique-toi !" Maintenant Ohm attrape Phun par sa chemise.

    Le secrétaire du conseil des élèves glousse tout seul avant de donner sa réponse. "Et quelle faculté organise ce camp, Ohm ?"

    " Pharmacie. "

    "Alors, est-ce que j'ai eu tort de te dire que c'est un Camp Pharma ? Ils dirigent le camp, mais je n'ai jamais dit spécifiquement que le camp est pour ceux qui veulent étudier la pharmacie." Wow. Espèce d'enfoiré ! Tu nous as trompés ! Ohm et moi sommes bouche bée. C'est comme si nos rêves avaient été anéantis. Aucune fille ne voudrait faire de la randonnée et planter des arbres ! Ça craint !

    Ohm et moi avons exactement la même expression - on veut rentrer à la maison tout de suite - mais Phun refuse de nous laisser faire et nous pousse tous les deux à l'intérieur.

    "Ah, venez. Allons-y. Ce sera amusant. Pourquoi voulez-vous aller à un vrai Camp Pharma de toute façon ? C'est pas comme si ça vous intéressait, non ? Un camp de reboisement est bien mieux, on fera quelque chose d'utile." C'est si gentil de ta part de parler pour nous comme ça. Ohm et moi fronçons les sourcils devant l'excès de confiance de Phun, qui pense que tout ira bien. Je suppose qu'on ne peut rien y faire puisqu'on est déjà là. Je te revaudrai ça plus tard !

    Finalement, nous sommes là. Je fais un sourire gêné aux femmes seniors qui nous attendent pour nous accueillir. Il y a une bannière avec "Camp de reboisement par la faculté paramédicale de l'université de xxx" écrit dessus. Sois maudit, Phun, sois maudit. Comment tu as pu me piéger comme ça ?!

    Mais il semble que Ohm ne soit plus aussi déçu par ce dénouement. Il adresse de doux sourires à une jolie senior qui nous enregistre.

    "Quels sont vos noms ?"

    "Moi c'est Ohm, et le tiens ?" Regardez ça !

    La jolie senior sourit largement. (et si je peux me permettre, je suis aussi dans un état de rêverie avec Ohm. Elle est très mignonne ! Est-ce que Phun a quelque chose de coincé dans sa gorge ou quoi ? Il n'arrête pas de se racler la gorge). Puis, elle répond à sa question sur le ton le plus agréable qui soit. "Je veux dire... le nom que tu as utilisé pour t'enregistrer. C'était quoi ? Comme ça je peux trouver le bon badge pour toi." Raté ! Ohm vient de se faire avoir. Ah ah ah ! J'éclate de rire alors qu'il me tape sur le pied d'un coup sec. Ouch ! Ça fait mal, enfoiré !

    Finalement, on arrive à découvrir son nom. (Elle s'appelle P'Liew. Son nom est magnifique et elle l'est aussi. Ohm et moi avons failli nous casser des côtes en jouant des coudes). Enfin, on finit de s'inscrire et on reçoit nos badges. C'est là qu'on apprend que...

    Les trois badges sont de couleurs différentes ?

    C'est quoi ce bordel ?

    Ohm, Phun et moi nous regardons l'un l'autre avec perplexité. Mon badge dit "Noh" en rouge. Celui de Phun est en jaune vif. Mais le meilleur est sans doute celui d'Ohm, qui est rose. Ah ah ah !

    Mais avant qu'Ohm ne puisse en faire tout un plat, un groupe d'élèves de terminale se jette devant nous à la vitesse de l'éclair. Ah ! Vous m'avez fait peur ! Je reste bouche bée en regardant ces étudiants chanter à tue-tête comme s'ils avaient oublié qu'il est... 7 heures du matin !

    Vous avez l'habitude de vous lever si tôt pour chanter et danser ?!

    Ohm, Phun et moi ne pouvons nous empêcher de cligner des yeux alors que le comité d'accueil forme un cercle autour de nous. Ils chantent et dansent comme des fous. (Est-ce que vous êtes tous possédés...?) Comment voulez-vous que des enfants innocents comme nous réagissent... autrement qu'en restant immobiles et en étant complètement muets tout en les laissant se déchaîner comme ils veulent ? (Laissez-nous partir quand vous aurez fini, s'il vous plaît.)

    Apparemment, j'avais tort de rester immobile et de simplement les regarder. Après les chants et les danses, une femme du groupe tend un micro devant le visage de Phun et lui pose une question avec force.

    "Quel est ton nom ? Quel est ton nom ?" Il y a une étiquette avec son nom autour de son cou ? Je commence à glousser en voyant Phun tressaillir comme s'il voyait un fantôme. Il transpire même à grosses gouttes et il n'est que 7 heures du matin. C'est hilarant ! C'est vraiment drôle de voir des perles de sueur se former sur le front de Phun. Quelle chance j'ai d'avoir la possibilité de voir Phun Phumipat, le gars qui peut tout faire, être mis sur la sellette comme ça ? Hahaha. "Euh... mon nom est Phun."

    C'est quoi ce cri ?! On grimace un peu avant qu'ils continuent avec la chanson. "Ton nom est Phun ! Ton nom est Phun ! Tu dois danser comme ça ! Tu dois danser comme ça ! Tu dois danser comme ça !" C'est quoi cette danse ?! Ah ah ah ah ! Je perds la tête quand je vois un senior masculin sauter et commencer à bouger sa hanche vers la droite puis la frapper deux fois. Ahahahaha. Phun a l'air effrayé mais il a trop peur pour les affronter. (En ce moment, une tonne de seniors sont autour de nous, on pourrait croire qu'on se fait tabasser si on n'y regarde pas de plus près). À la fin, ce Phun Phumipat efficace balance timidement sa hanche vers la droite et se frappe les fesses deux fois comme dans le clip "Shape Ba" d'Apaporn. Ahahahahha, j'aurais aimé pouvoir enregistrer ça !

    Et bien sûr, c'est le tour d'Ohm maintenant. Je ris encore plus quand on lui demande de traîner ses bras et de marcher dans la gare comme un zombie. Pensez aux passants innocents ! Une grand-mère qui se trouve tout près tressaille de rire quand Ohm s'approche d'elle. Ahahaha ! C'est vraiment trop !

    Même si je rigole, ça ne veut pas dire que je suis tiré d'affaire. Après avoir ri à gorge déployée devant ces gars-là, c'est la démence qui me guette.

    "Quel est ton nom ? Quel est ton nom ?" La voilà. Qu'est-ce que je fais maintenant ?

    "N… Noh." Encore des cris. Alors tu cries pour tout le monde, c'est ça ? (Tu as avalé un sifflet par accident ce matin ?) Tout ce que je peux faire, c'est leur adresser un sourire gêné en me préparant à toutes les choses ridicules qu'ils vont me dire de faire. "Ton nom est Noh ! Ton nom est Noh ! Tu dois danser comme ça ! Tu dois danser comme ça ! Tu dois danser comme ça !" Mais qu'est-ce que c'est que ça ? Je reste bouche bée alors que le senior d'avant (qui a inventé les mouvements absurdes de Phun et Ohm tout à l'heure) veut que j'imite ses mouvements où il... met sa main sous son aisselle et la renifle. Je suis sur le point de devenir fou là. Je n'ai même pas mis de déodorant ce matin et mes aisselles sont comme la jungle amazonienne. Il n'est pas sérieux !

    Je les regarde avec mes yeux suppliants, pensant qu'ils pourraient être indulgents avec moi. Mais non. Tout le monde continue à frapper ces tambours et à secouer ces tambourins pour que je le fasse. Wah, wah, wah. C'est trop cruel. Bien, je vais le faire ! Ugh ! Dégueulasse ! C'est tellement immonde, pourquoi ça sent si mauvais ?!

    Après que tout le monde ait eu l'occasion de se dire bonjour (de la manière la plus brutale), on se retrouve seuls alors qu'un nouveau groupe de campeurs arrive.  Regardez-moi ça ! Quelle façon de m'abandonner ! Où dois-je aller et attendre maintenant ?

    "Phun ! Noh ! Ohm ! Par ici !" Ah, c'est donc là que se trouve le reste de mes amis. Je me retourne pour saluer Pong, Joke et Nant qui sont probablement arrivés plus tôt que nous mais qui se sont tus parce qu'ils voulaient voir ce que nous allions subir. Vous gardez ces moments pour vous moquer de nous plus tard, n'est-ce pas ?!

    "Qu'est-ce que tu foutais à renifler tes aisselles à 7 heures du matin ? C'était tellement dégoûtant que j'ai cru que j'allais vomir." Enfoiré, je le savais ! Ne remue pas le couteau dans la plaie ! Je pointe mon doigt vers le jeune maître Pong en guise d'avertissement. Joke rit de bon cœur en arrière-plan.

    "Pong, ce que tu devais faire n'était pas tellement mieux que ce que Noh a dû faire. Tu as dû attraper ton entrejambe et danser autour de la station comme Michael Jackson après tout. Haha." Ahahahaha ! Pour de vrai ?! Heureusement que je suis arrivé plus tard que lui, je ne voudrais pas que cette image me hante la nuit.

    Je m'approche et me moque de son visage (je ne sais même pas si je me suis assez bien brossé les dents) avant que Ohm ne se penche et caresse le gros cul de Pong. Le propriétaire dudit cul saute en panique. "C'est quoi ce bordel, Ohm ?!"

    "Je voulais juste savoir si tu pouvais bien bouger tes hanches. Ahahahaha."

    Clac !

    "Va te faire foutre, je ne suis pas Nong Mick ! Enfoiré ! Va poser tes foutus sacs là-bas. Ils ont dit que tout le monde devait aider à les porter dans le train avant qu'il ne parte." Hahaha, bien fait pour toi. Je rigole mais j'oublie le fait qu'Ohm ne se soucie pas vraiment de ce que les gens pensent de toute façon. Il hausse les épaules avant de jeter son sac à dos dans une pile contenant la valise roulante du jeune maître Pong. (Bon sang, Pong, nous allons sortir de la ville, pas du pays. C'est un peu excessif et effrayant).

    "Oh, ouais ! Comment se fait-il que presque tous nos badges soient de couleurs différentes ?! Seuls celui de Nant et le tien sont de la même couleur." Même si je suis content du rouge et que je n'ai pas reçu le joli rose d'Ohm, je suis quand même curieux. Je prends mon badge rouge et le place à côté de ceux de Pong et de Nant qui sont violets. C'est plutôt déroutant.

    "Oh, ce truc ?" Joke commence son explication. "Ils ont dit que c'est comme pour la journée des sports, on est répartis en équipes de différentes couleurs. Comme ça, quand on joue à des jeux, qu'on travaille ou qu'on fait d'autres activités récréatives, on est en fait en compétition les uns contre les autres. Je suppose qu'ils font ça parce qu'ils ont remarqué que l'on est tous de la même école, alors ils nous ont séparés. Seuls Nant et Pong ont la même couleur. Mais nous attendons toujours que le reste des gars de notre école se montre. Tout le monde n'est pas encore là." Ah, oui. Mes amis ne sont même pas encore là.

    "Oh, c'est vrai ! Et pour Dong et Palm ?! Ce salaud de Palm est encore en retard, hein ?" Je me retourne rapidement pour demander à Pong une fois que je réalise ça. Mais c'est peine perdue, vu qu'un type comme Palm ne se présente pas en cours à moins que les portes ne soient déjà fermées. C'est comme s'il avait besoin d'être obligé d'escalader la clôture pour entrer dans l'école, au lieu de passer par la porte comme les gens normaux. Je ne peux pas m'empêcher de me demander s'il n'en a pas marre de faire chaque jour une course de 4 x 100 mètres depuis le port ?

    Pong profite de l'occasion pour s'en prendre à son ami. "Ouais. Palm m'a dit qu'il s'était réveillé tard. Il est en route. Mais Dong ne viendra pas, il a dit qu'il était occupé par quelque chose, mais je ne sais pas quoi." Hein ? Je vois. C'est un peu décevant car j'avais hâte de faire ce voyage avec une tonne d'amis. Le rire d'Ohm interrompt mes pensées. 

    "Il a probablement peur qu'ils ne le laissent pas fumer, haha." Merde, c'est une façon de dire de la merde sur lui. Il a arrêté de fumer il y a un moment ! Je me retourne pour frapper Ohm une fois pour avoir ouvert sa bouche. Puis, je me souviens que Film est censé être là aussi.

    "Oh, et Film ? Comment ça se fait qu'il n'est pas encore là ? Il t'a appelé ?" Il semble que celui qui ait les réponses cette fois soit Ohm. Il hoche la tête.

    "Oui, il l'a fait. Il ne peut pas y aller non plus parce que Art est malade. Il doit aller à cette fête de remerciement avec la tante du comité principal. Ahahaha, ça lui apprendra !" Hahaha ! Je suis d'accord ! Bien fait pour lui ! Mais ça veut dire qu'il y a encore moins de gens de notre école maintenant.

    Je laisse échapper un soupir. Je suis déçu. En regardant la gare bondée de campeurs qui attendent le train, je remarque qu'il y a beaucoup plus de filles ici que je ne le pensais au départ. Lorsque l'on a appris qu'il s'agissait en fait d'un camp de reboisement, notre rêve de faire du camping avec de jolies filles s'est envolé en un clin d'œil. Mais maintenant que je regarde, la moitié du groupe est en fait constituée de filles. Je suppose que c'est pourquoi Ohm est de meilleure humeur maintenant. Il a arrêté de harceler Phun comme il le faisait plus tôt.

    Les gars de la classe de Phun et de ma classe discutent et plaisantent entre eux. Joke a apporté sa guitare mais a laissé son accordeur à la maison, alors il me demande de l'aider puisque je suis le président du club de musique (qu'est-ce que ça a à voir avec ça ?). Cependant, cela fait longtemps que je n'ai pas fait ça moi-même (et je n'ai pas non plus d'accordeur avec moi), alors je suis un peu perdu. Je continue à produire un son bizarre au point qu'Ohm me frappe la tête et l'accorde à ma place. Il m'accuse aussi de ruiner la réputation du club de musique. Eh bien, j'utilise normalement un accordeur ! Espèce de bâtard ! (De toute façon, comment se fait-il qu'Ohm soit si bon à ça ? Maudit soit-il, lui et ses oreilles à la justesse parfaite. Je ne peux pas nier qu'il est vraiment talentueux). Au final, je deviens l'affreux beau-fils que personne ne veut parce que je suis inutile pour eux. Tout ce que je peux faire, c'est regarder Ohm accorder les 6 cordes de cette guitare, les mains sur les hanches.

    Alors que je trouve autre chose à regarder, mes yeux repèrent un grand groupe de filles. (Elles sont mignonnes à croquer, c'est fou.) Elles ont toutes la peau claire et sont jolies. Mais le truc, c'est qu'elles me semblent terriblement familières. Je commence à me demander si elles ne viennent pas du couvent près de mon école.

    Et lentement, j'obtiens mes réponses. Je suis sûr de reconnaître l'une des filles là-bas. Elle est assise près de l'endroit où se trouvent les bagages et il semble qu'elle ne discute pas sérieusement avec qui que ce soit. La fille se tourne et nos regards se croisent. Elle me sourit.

    C'est la fille du club de musique du couvent, n'est-ce pas ? J'essaie vraiment de me rappeler son nom, mais je n'y arrive pas et ça commence à m'énerver. C'est quoi son nom déjà ? Je l'ai sur le bout de la langue. Beed ? Need ? Quelque chose comme ça ? Argh, je n'arrive pas à me souvenir ! Mais c'est bien la même fille.

    Même si je ne me souviens pas de son nom, je suis assez poli pour lui faire un signe de tête et lui sourire. Puis, mes yeux repèrent une autre fille à la peau claire qui m'est connue. Et cette fille m'est beaucoup plus familière que la fille dont je ne me souviens pas du nom. Elle rit avec son groupe d'amis.

    Je ne pourrais jamais oublier son expression joyeuse et son rire éclatant.

    "Yuri..."

    "Alors tu l'as enfin vue. Tu es encore plus aveugle que je ne le pensais." dit Ohm. Cela doit signifier qu'il l'a vue il y a un moment. Et pour Phun ?

    Je jette un coup d'œil à Phun, il y a un soupçon de crainte dans mes yeux. Comme d'habitude, il n'a que des sourires pour moi. Il lève un de ses sourcils comme s'il voulait me faire comprendre que je ne dois pas m'inquiéter.

    Donc, je suis la dernière personne à l'apprendre...

    Je laisse échapper un long soupir parce que je ne sais pas quoi faire d'autre. "Je devrais... rentrer à la maison ?"

    "Pourquoi, putain ? Tu la détestes ou quoi ?"

    Je sais qu'Ohm ne pense pas vraiment que je la déteste. "Non... mais tu sais pourquoi. Je ne veux pas rendre les choses difficiles pour elle..."

    "Elle t'a déjà vu quand tu es entré. Si elle pensait que ça allait être gênant, elle aurait déjà ramené sa valise à la maison, espèce d'idiot." T'aurais pu le dire plus gentiment, connard. Je fixe Ohm pendant qu'il continue à travailler sur sa guitare. Il n'a pas l'air très gêné par tout ça. Je laisse échapper un soupir encore plus long.

    "Pffff..."

    "Agis normalement. Tu ne veux pas que Phun s'inquiète encore, n'est-ce pas ?" Il a raison. Je jette un coup d'œil à Phun qui discute avec Joke et Nant pas très loin de nous. Pourtant, il se retourne de temps en temps pour me faire un sourire. Je sais très bien qu'il y a une certaine incertitude cachée derrière ces yeux souriants. Phun se reproche ce qui s'est passé entre Yuri et moi depuis le début. Moi, d'un autre côté, je ne mettrais jamais la faute sur quelqu'un d'autre.

    Soupir...

    Tu perds sept secondes de ta vie à chaque fois que tu soupires, je me demande combien de temps il me reste. Soupir. (Encore.) Mais il semble que ce camp refuse de me laisser mourir si vite. Alors que je soupire pour ce qui semble être la centième fois jusqu'à présent, tout le monde dans la station entière éclate en cris et en hurlements.

    Ohm (qui est toujours en train d'accorder la guitare) et moi tressaillons et nous tournons pour voir ce qui se passe. Des femmes seniors, biologiques ou non, couinent comme si elles avaient trouvé leur nouveau jouet préféré. Mais qu'est-ce qui se passe ? Je me demande en me mettant sur la pointe des pieds pour voir qui ou quoi se trouve au milieu de cette foule. 

    C'est Earn.

    Et il porte un badge rouge comme le mien ?

     

    Chapitre 60 : Prologue

    « My Gear and Your Gown - 2020Chapitre 62 : Satifait »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :