• Chapitre 57 : Ne retiens pas tes sentiments

    Chapitre 57 : Ne retiens pas tes sentiments

     

    Il s'avère que le fax envoyé par le comité est une invitation à une fête célébrant notre deuxième titre de champion. La fête aura lieu dans un hôtel 5 étoiles situé à une vingtaine de mètres de mon école. (Ou peut-être même à moins de vingt mètres de mon école.) 

    Alors pourquoi diable ai-je payé une fête de ma poche l'autre jour...? Pourquoi le comité n'a-t-il pas envoyé ce fax plus tôt ?! (Rendez-moi maintenant la totalité de mon mois d'argent de poche !) J'ai failli me retourner pour attraper Ngoi par les cheveux après l'avoir lu. (Quelle que soit la situation, il faut toujours blâmer Ngoi en premier lieu.) Peut-être que Per se sent mal pour son ami, (ou qu'il a un peu trop brutalisé Ngoi) et il me suggère quelque chose.

    "Tu peux te goinfrer pendant que tu es là-bas, P'Noh. Tu sais, en guise de représailles ? Apporte des sacs avec toi et tu pourras emporter de la nourriture à la maison aussi." Oh… un plan si méprisable. Comment t'as trouvé ça ? Je l'adore. Hé hé hé. Pendant que j'essaie de calculer combien de sacs je dois apporter avec moi pour avoir assez de nourriture pour un mois entier, Nong Knott lit le reste de l'invitation puis me rappelle quelque chose.

    "C'est le même jour que le Camp-Pharma. J'ai lu l'annonce qu'ils ont affichée dans le bureau du conseiller d'orientation. Ça veut dire que si tu t'es inscrit au camp, tu ne peux pas aller à la fête." Hein ?! Quoi ?! Ohm et moi, on saute de là où on est et on prend le fax pour vérifier nous-mêmes pour la deuxième fois. Oh, merde. C'est vraiment le même jour. Adieu ma nourriture…

    "Quel camp ? Bordel, vous allez où ?" J'ai à peine fini de lire l'invitation pour la deuxième fois que Film passe curieusement sa tête entre Ohm et moi. J'ai oublié qu'il est aussi du genre à ne pas faire très attention à ce qui se passe autour de lui. Je suppose qu'il n'en a pas entendu parler non plus.

    Je me porte volontaire pour être le gentil messager et le mettre au courant. "Le Camp-Pharma. C'est le même jour que cette fête. On s'est déjà inscrits au camp, donc on ne peut pas venir. Désolé, mec." Malgré tout, je me sens un peu soulagé de lui dire ça. Je n'ai pas eu grand-chose à voir avec leur victoire de toute façon. J'ai rédigé quelques papiers, porté la glacière et préparé des boissons pour les élèves de première année. C'étaient des tâches insignifiantes. Je n'étais responsable de rien. Film et Art se sont chargés de toutes les choses importantes. Par conséquent, je ne pense pas que je serais assez éhonté pour assister à cette fête. Il vaut mieux que j'assiste à ce voyage au camping.

    Les yeux de Film, par contre, brillent plus fort que des diamants une fois qu'il apprend l'existence de ce voyage.

    "J'y vais aussi !" Cet imbécile...

    "Eh bien, tu ne peux pas ! Tu es le chef de la fanfare ! Va à la fête !" Il a dû perdre la tête. Ils organisent une fête en son nom et il veut y échapper ? Je frappe la tête de Film deux fois pour le faire sortir de là. Il veut quand même aller camper. Quelque chose dans le lait n'est pas clair. Il doit y avoir autre chose.

    J'obtiens ma réponse sans avoir à demander quand Nong Mum révèle la vérité.

    "P'Film, tu as peur de cette tante qui est la présidente du comité, n'est-ce pas ? Hahaha." Quelle tante ?! Je me tourne vers la direction de Nong Mum. Il est assis avec un groupe de joueurs d'instruments à vent. Ils se sont entraînés pas très loin d'où nous sommes. Je meurs d'envie de savoir ce qu'il veut dire par là. C'est une toute nouvelle découverte pour moi.

    "Quelle tante ?" demande Ohm à Mum. Le gamin potelé sourit, les yeux presque fermés, avant de répondre à la question.

    "La présidente du comité a un faible pour P'Film. Cette dame l'appelait presque tous les jours quand on était à l'étranger. J'ai le sentiment qu'il finira par épouser une cougar un jour ou l'autre. Ha ha ha." Ahahahaha ! Pour de vrai ?! Je regarde Film. Il s'empare de ses tempes comme si son âme était aspirée hors de lui. Il montre du doigt Mum pour faire comprendre au gamin qu'il lui fera payer plus tard. Heh heh heh. Pourquoi faire une telle chose alors qu'il a simplement répondu à la question d'Ohm ?

    "Peu importe. Je vais dans ce camp. Où est-ce que je m'inscris ?"

    "Au bureau principal."

    "Les gars, vous pouvez aller vous empiffrer. Je ne serai pas là." Putain, alors il les abandonne vraiment ? Je cligne des yeux devant le gars qui vient de trouver une carte pour une oasis. Je le regarde pousser la porte et sortir de la salle du club. En revanche, Art a l'air assez déconcerté par tout ça. "Alors il s'inscrit vraiment pour ce voyage, hein ?"

    "Attendez. Donc... ça veut dire... que je dois être là en son nom alors...?" Exact ! Tu es le chef adjoint de la fanfare !

    "Ce connard... je lui rendrai la pareille pour ça !" Hahaha, c'est entre vous deux maintenant.

    Après avoir écouté Art se plaindre de Film, (pour l'avoir envoyé être l'agneau sacrificiel de cette tante) nous nous sommes entraînés jusqu'au coucher du soleil. L'horloge de notre club nous indique qu'il est plus de vingt heures, il est temps de fermer boutique.

    On essaie de chasser les jeunes des classes inférieures pour les ramener chez eux. Ils se sont entraînés comme des fous et je veux juste rentrer chez moi. Je ne sais pas d'où ces enfants tirent leur énergie parce qu'ils refusent de bouger et de ranger leurs affaires. Ils continuent à s'entraîner à fond. Il est déjà vingt heures, pouvez-vous ne pas travailler si dur ?

    Je fais irruption et j'essaie de séparer le groupe plusieurs fois, mais ils refusent de rentrer chez eux. (J'espère sérieusement que vous pourrez continuer. J'étais comme ça aussi avant et regardez-moi maintenant). Je n'ai pas d'autre choix que de me rabattre sur mon dernier recours, qui est d'éteindre toutes les lumières. Heh heh heh. Celui qui veut traîner avec un fantôme peut rester. Les mains sur les hanches, je regarde les enfants remballer lentement leurs affaires pour pouvoir rentrer chez eux. Je laisse échapper une longue expiration. Il était temps. Ne vous entraînez pas autant. Pour être honnête, ces travailleurs assidus pourraient partager un peu de leur enthousiasme avec moi. J'en aurais bien besoin. J'accepte leurs au revoir alors qu'ils sortent de la salle du club, et que Nong Loy est le dernier à partir. Enfin, je prends mes affaires et j'éteins les lumières pour de bon cette fois-ci. La porte verrouillée signale la fin d'une autre journée.

    En tout cas, je suis affamé. J'ai tellement faim que j'ai l'impression de pouvoir avaler quelqu'un en entier. Je regarde le visage de Film, en me disant que je n'ai pas vraiment envie de le manger. C'est un grand type et je serais rassasié pendant tout un mois. Je me dis que nous devrions tous aller dîner dans un bon restaurant puisque tout le monde est plus que prêt pour un repas. Ainsi, les autres membres du club qui ne sont pas encore rentrés chez eux partent ensemble en groupe à la recherche d'un restaurant.

    Le groupe actuel est composé de Film, Art, Poom, Ngoi, Nong Knott, Per et Nong Mawin. (Au fait, il est très gentil. Il est venu ici pour attendre Per afin qu'ils puissent rentrer chez eux ensemble. C'est très touchant. Je jure que j'ai presque versé une larme). Nous quittons l'école et nous nous disputons pendant un moment sur l'endroit où nous devrions aller. Nous nous installons dans un restaurant de nouilles près de Winning Street. C'est le restaurant préféré de Poom. Personne ne se demande pourquoi Ohm n'est pas avec nous ? Heh heh. Je n'ai pas besoin de vous dire où il est, n'est-ce pas ? Il est assez tard, donc Ohm dépose Nong Mick chez lui. (Bien sûr, il n'y a rien entre vous deux. J'ai vu comment tu poussais Nong Mick à rentrer chez lui au point de m'énerver). Naturellement, nous leur avons fait passer un mauvais quart d'heure et nous les avons taquinés quand ils partaient. J'étais tellement surpris qu'Ohm ne soit pas du tout atteint par cela. Il a juste remué ses sourcils vers nous à plusieurs reprises (alors que Mick était très gêné, je pense qu'il allait se cacher sous les bras d'Ohm pour s'échapper). En plus de ça, Ohm a porté le cartable de Nong Mick et ils se sont éloignés ensemble sans se soucier du reste du monde. Hmph, c'était tellement ennuyeux à regarder. Je l'aurai bientôt, c'est certain. Tu es le prochain sur la liste des interrogatoires !

    Vous ne pouvez pas espérer que l'on ne parle pas d'un sujet aussi brûlant alors que nous sommes en train de manger nos bols de nouilles, n'est-ce pas ? J'écoute l'histoire de Poom qui raconte comment il a rencontré Ohm au cinéma dans Central World. Apparemment, Ohm était là avec Mick ! Il ne savait pas non plus qu'il était suivi par Poom. Je n'arrive pas à croire que ce dernier ne nous en ait pas parlé plus tôt. (Pour être franc, il n'essaie pas d'être gentil ou quoi que ce soit, mais il avoue qu'il a juste oublié). En plus, Poom a dit qu'il avait vu Ohm faire quelque chose de bizarre juste à côté de la joue de Mick ! Qu'est-ce qu'il faisait ? On a essayé d'étrangler Poom, mais il a dit que le cinéma était trop sombre et qu'il ne pouvait rien voir de plus. Ohm faisait quelque chose près du visage de Mick, c'est tout ce que Poom sait. (En passant, comment peut-on oublier quelque chose comme ça ? J'aurais envoyé un texto au monde entier immédiatement). Tout le monde meurt d'envie de savoir ce qui se passe vraiment avec Ohm.

    Alors que nous sommes en train de déballer des ragots sur Ohm (c'est ce qu'il obtient pour ne pas avoir traîné avec nous ce soir) et que Per glousse en arrière-plan, Knott ajoute quelque chose à la conversation qui amène le type en question à s'étouffer dans l'eau.

    "C'est toi qui rigoles alors que le tien est assis juste là." Wooooooo ! On taquine Per, qui a Nong Win assis juste à côté de lui. C'est assez satisfaisant de voir Per, faire jaillir des gouttes d'eau de sa paille sur le visage de Nong Knott pour cacher son embarras. (Je pense ?)

    Mais vous savez, Per et Nong Win sont mignons ensemble. Je me souviens que Per a été très méchant avec ce pauvre enfant le mois dernier. (Une fois, Nong Win était assis à l'extérieur du club et l'attendait. Per a été très agressif et lui a dit de rentrer chez lui.) Cependant, Per est maintenant prêt à passer plus de temps avec Nong Win. Aujourd'hui, par exemple, Nong Win dîne avec nous. (Si c'était il y a un mois, Per l'aurait chassé.) Et tout à l'heure, j'ai vu comment il l’a aidé en mangeant les gésiers de porc puisque Nong Win ne les aime pas. (En retour, Per a donné des œufs de son propre bol à Win. Comme c'est chevaleresque de sa part). Je suppose que même Per peut être gentil aussi.

    "Oh ! Est-ce que vous venez de terminer au club ?" P'Diew ! P'Nont ! On se tourne vers l'endroit d'où vient la voix. P'Diew et P'Nont nous disent bonjour en arrivant de la rue à côté du restaurant. Nous crions joyeusement et les invitons à nous rejoindre. La nuit va être longue !

    Argh... Je n'aurais pas dû être aussi glouton. Je suis sur le point d'exploser d'une seconde à l'autre. Je chancelle dans la rue jusqu'à ma maison tout en me sentant étonnamment fatigué et endormi. Je me suis beaucoup amusé ce soir. Dès que P'Diew et P'Nont nous ont rejoints, Film a commencé à parler de la façon dont la fanfare a eu la chance de participer à la compétition internationale. Il était si fier qu'il ne pouvait pas s'arrêter de parler. Mais c'était hilarant, parce que j'ai pu apprendre toutes les choses bizarres que tout le monde faisait quand ils étaient à l'étranger. Hahaha. Nous étions tellement bruyants que ça a dû être agaçant pour tous les autres. En fait, je me sentais mal pour les tables près de la nôtre. Mais ça aurait pu être pire, les adolescents sont bruyants et les gens doivent s'habituer à ça, hahaha.

    Comme on était vraiment occupé, ça voulait dire rentrer tard à la maison. Je vérifie ma montre et il est actuellement plus de vingt-trois heures. Je m'étire, je me sens très fatigué.

    Woof ! Woof ! Woof !

    Hein ? Ce n'est pas Chum, le chien de P'Nim ? (P'Nim est mon voisin.) Pourquoi est-ce qu'il aboie autant ? Je fronce les sourcils alors que je continue d'entendre ses aboiements. Il fait ça depuis que j'ai tourné le coin de la rue et il aboie encore maintenant que je suis sur le point d'atteindre la porte de ma maison. Qu'est-ce qui lui arrive ?

    Woof ! Woof ! Woof !

    Alors que j'avance lentement et avec curiosité jusqu'à ma maison, je découvre l'ombre de quelqu'un qui est assis là et qui attend. Quoi ?!

    "Mec, c'est quoi ce bordel ?! Pourquoi t'es assis là ?!" C'est ce bâtard de Phun ! Il est encore assis devant ma maison à m'attendre. Qu'est-ce qui ne va pas avec ce type ? Pourquoi n'a-t-il pas appelé et ne m'a-t-il pas prévenu ? Ou pourquoi il n'a pas juste attendu à l'intérieur de la maison ?!

    "Oh, tu es enfin à la maison ?" Écoute ce type. Je regarde le secrétaire du conseil des étudiants avec les mains sur les hanches. Il regarde dans le vide comme s'il filmait un clip vidéo. Ok, tu n'es pas tellement cool.

    "Ouais, et pourquoi t'es assis là ?"

    "Pourquoi pas ? Je n'ai pas le droit d'être ici ?" C'est quoi ce bordel ? Je lui demande gentiment et il fait le malin avec moi ? Ma somnolence disparaît quand je vois son visage et que je m'assieds à côté de lui.

    "Ce n'est pas ce que je voulais dire ! Pourquoi tu n'es pas rentré pour attendre ou tu aurais pu m'appeler pour que je me dépêche de rentrer au lieu de prendre mon temps ?"

    Phun rit doucement quand il remarque l'expression sérieuse sur mon visage. Il me répond en souriant. "Je viens tout juste d'arriver, en fait. Je pensais pouvoir attendre un peu ici, mais j'ai perdu la notion du temps." Ça doit faire beaucoup de temps. Je jette un coup d'œil sur son corps et je vois qu'il a été piqué par plusieurs moustiques. Comment peut-il dire qu'il vient d'arriver ici ? Ça m'épuise vraiment.

    Je soupire et je me lève. Je lui tire le bras pour qu'il se lève avec moi. "Allez, allez. Allons, rentrons. On peut parler à l'intérieur. Tu as déjà mangé ?" Je lui demande pendant que j'ouvre la petite porte du portail. Il est assez tard, donc mes parents ont probablement déjà verrouillé la porte principale. Phun me pose une question en retour.

    "Et toi ? Tu as déjà mangé ?"

    "Oui, j'ai mangé." On dirait bien que lui ne l'a pas fait. Soupir. Je me retourne et je hausse les sourcils vers lui, mais il me sourit en retour. 

    "Oh, je n'ai pas si faim que ça." Bon sang. Ça ne va pas le faire.

    Je me dirige vers la cuisine dès que j'entre dans ma maison. "Gâteaux de crevettes frits, poulet panang curry et oeufs durs. Tu veux les manger ? Je vais les réchauffer pour toi." Je demande pendant que je fouille dans le réfrigérateur. Heureusement pour Phun, le fils de ce couple est un glouton, ce qui signifie qu'il y a toujours des restes dans le réfrigérateur au cas où leur fils aurait faim au milieu de la nuit. (Et il n'y a jamais de restes le matin).

    Je verse soigneusement tous les aliments dans des assiettes pour les mettre au micro-ondes. Je branche aussi le cuiseur à riz pour réchauffer le peu de riz qui reste.

    "Tu manges avec moi ?” suggère Phun alors qu'il met la table pour deux. Je m'arrête un instant. Euh... mon estomac est encore rempli de nouilles. Mais je décide d'être poli et de manger avec lui pour lui tenir compagnie. Je jure que je n'ai pas faim pour un deuxième dîner ! Est-ce que le riz est déjà prêt ? Mon estomac grogne maintenant. (Hehehe.)

    On discute en mettant la table et on attend que le riz soit prêt. Naturellement, je lui raconte un tas d'histoires sur ce qu'Ohm a fait. (Je les ai entendues de mes amis.) C'est comme ça que j'apprends que Phun est lui-même un sacré fouineur. Il n'arrête pas de me poser des questions sur tout et n'importe quoi. Il veut connaître tous les détails. Au point que j'en arrive presque à appeler Ohm avec mon portable pour que Phun puisse lui parler directement. (Heh heh.) Finalement, je peux sentir le merveilleux parfum du riz chaud qui envoie un signal à mon estomac. Il est temps de se mettre au travail !

    Le riz a fini de cuire, ce qui signifie qu'il est temps de se mettre à table. Phun commence par être un imbécile. Il plante sa fourchette dans mon œuf dur et casse le jaune. Salaud ! (J'adore quand le jaune coule un peu.) Je riposte en piquant aussi son œuf mais il s'avère que celui-ci est bien cuit. Maintenant, ma fourchette est coincée, bon sang. C'est tellement injuste ! Phun rit quand je lui lance un regard contrarié. Il met un beignet de crevettes frit dans mon assiette pour faire la paix. C'est mieux comme ça.

    Après avoir débarrassé la table, lavé la vaisselle, regardé la télévision et salué poliment ma mère (qui est descendue parce qu'elle nous a entendus faire du grabuge), il est temps d'éteindre toutes les lumières et de monter. Je fronce les sourcils en le regardant monter les escaliers devant moi. Je ne peux pas m'empêcher de me demander la raison de sa présence ici ce soir.

    On entre tous les deux dans ma chambre et on allume les lumières, le climatiseur, la télévision et l'ordinateur. (En gros, on a tout allumé.) Je jette un coup d'œil furtif à Phun qui se tient près de la bibliothèque alors qu'il regarde le nouveau manga que j'ai acheté. Phun est venu ici en portant un t-shirt et une paire de tongs. Malgré le fait qu'il soit toujours en short d'école, il est évidemment rentré chez lui avant de venir ici. Si j'inclus les piqûres de moustiques rouges sur lui, cela doit signifier qu'il est resté assis dehors à m'attendre bien plus longtemps qu'il ne l'a laissé entendre. J'observe attentivement le grand manitou qui lit le manga. Je me demande si quelque chose s'est encore passé chez lui.

    "Phun..." J'appelle doucement son nom. Il tressaille comme s'il était perdu dans ses propres pensées pendant tout ce temps. Ma curiosité s'intensifie alors qu'il tourne lentement la tête pour me répondre.

    "Oui ?"

    "Tu passes la nuit ici ?" Phun ne bouge pas quand je lui pose la question. Puis, ses lèvres se recourbent lentement en un sourire.

    "Je ne peux pas ?" soupir. Il sait très bien que la question n'est pas de savoir s'il peut ou non. Je le gronde du regard, mais il sourit toujours.

    "Tu as prévenu tes parents que tu venais ici ?" Phun éclate de rire quand il entend ma question. Qu'est-ce qui est si drôle ?

    Phun a un grand sourire sur le visage lorsqu'il remet le manga sur l'étagère. "Pourquoi ? Tu pensais que je me suis enfui de chez moi ?"

    "Et tu l'as fait ?"

    "Je ne l'ai pas fait ! J'ai déjà dit à ma mère que je passe la nuit chez toi." Je ne peux qu'espérer que c'est vrai. Je croise les bras, je me sens assez méfiant. Il en profite pour s'approcher et se met debout près de moi. "Pour qui tu me prends ?"

    "C'est un peu difficile de te cerner ces derniers temps." Phun se met à rire de ma franchise. (Heh, j'essaie juste d'être honnête.) Je le regarde rire les yeux fermés avant qu'il ne se penche et mette ses mains sur le bureau derrière moi. Je suis maintenant coincé entre lui et le bureau.

    Son visage souriant se rapproche, son nez touche presque le mien. "Tu m'as manqué, alors je suis venu te voir, en quoi est-ce si difficile à comprendre ?" dit-il en m'embrassant sur la joue. Le secrétaire du conseil des étudiants me prend dans ses bras et me serre fort alors que je m'apprête à ouvrir la bouche pour jurer contre lui. "Viens ici. Tu m'as tellement manqué."

    "Qu'est-ce que tu veux dire ? On s'est vus plus tôt dans la journée." Tu sais, quand tu m'as forcé à aller camper avec toi ?

    Je débat et je peux sentir les respirations chaudes de Phun sur mon épaule. "Eh bien... je veux juste être près de toi tout le temps." Il est mignon, mais il se passe quelque chose. Je lui rends son souffle avec le mien. J'enroule mes bras autour du grand type qui me tient dans ses bras.

    "Est-ce que tout va bien ? Peu importe ce que c'est, tu peux m'en parler." Au lieu d'une réponse, il resserre son étreinte. Phun me pose alors une question.

    "Noh..."

    "Qu'est-ce qu'il y a ?"

    "Est-ce que tu m'aimes ?" Ehhh ? Pourquoi il me demande ça ?! Je dois admettre que je suis stupéfait pendant un long moment parce que je ne m'attendais pas à une telle question. Normalement, je l'aurais frappé à la tête ou lui aurais donné une réponse odieuse, mais cette fois-ci... je sens que quelque chose ne va pas et je ne peux pas expliquer pourquoi.

    "Po...pourquoi ?" Phun ne répond pas et répète sa question.

    "Est-ce que tu m'aimes...?"

    Cela ne fait que me faire réaliser encore plus combien la personne qui est devant moi se sent vulnérable.

    "Bien sûr que je t'aime. Beaucoup même." Je décide d'être honnête avec lui et de le serrer encore plus fort dans mes bras. Nous restons comme ça pendant un petit moment, et personnellement, je suis plus qu'heureux d'offrir mon étreinte à Phun. Aussi longtemps qu'il en aura besoin. Aussi longtemps que je peux le faire se sentir mieux.

    L'horloge continue de faire tic tac, c'est la seule chose qui brise le silence dans cette chambre. Après un certain temps, Phun est enfin prêt à poursuivre la conversation. "Tu veux savoir quelque chose...?" Il commence à parler de sa voix grave, mais ses bras restent étroitement enroulés autour de moi.

    "Juste savoir que tu m'aimes... Je sais ce que je dois faire à partir de maintenant." Faire quoi exactement...?

    "Faire quoi exactement ?" Mes lèvres bougent plus vite que mes pensées. Phun glousse doucement et intensément.

    Il me caresse doucement le dos et je peux sentir la chaleur de sa paume, cette paume que j'aime beaucoup. "Eh bien... je t'aimerai beaucoup, beaucoup, beaucoup et je ne te laisserai jamais me fuir. Qu'en penses-tu ?" Heh heh.

    "Donc tu dis que si je ne t'aimais pas, tu ne m'aimerais pas et tu me dirais de partir loin alors ?" Parce qu'alors tu l'obtiendras de moi, c'est sûr.

    Phun rit un peu plus avant d'embrasser mon front. "Je ne voudrais toujours pas te laisser partir, haha." Alors pourquoi parler de tout ça...? Je ne peux pas m'empêcher de lui taper légèrement la tête.

    Il ricane un peu en continuant à me serrer dans ses bras. Au bout d'un moment, il me lâche. Je fixe son visage aiguisé. Il sourit, mais ses yeux sont étrangement voilés. Ils ne sont pas aussi brillants et joyeux qu'ils le sont normalement.

    Je commence à comprendre pourquoi Phun est venu ici ce soir et pourquoi il m'a posé cette question.

    "Je vais sous la douche." Le grand idiot rompt le silence tout en étirant son corps. Il attrape la serviette qu'il utilise habituellement et la jette par-dessus son épaule. "Je t'attendais depuis un moment, je suis tout transpirant et collant. Tu veux te joindre à moi ?" Heh heh, alors il admet finalement qu'il m'attendait depuis longtemps. Pfft, pourquoi s'embêter avec cette comédie pour commencer ?

    Je secoue la tête et je m'assois sur la chaise de mon bureau d'ordinateur pour vérifier si j'ai reçu des messages. "Vas-y, je dois d'abord répondre à mes fans. Ils m'ont envoyé un tas de messages, merde." Je suppose que je n'ai pas l'air tellement crédible parce que Phun colle sa tête à l'écran pour vérifier par lui-même. Un tas de fenêtres MSN sont apparues. Elles viennent toutes de mes amis, de mes camarades junior de classe, de mes camarades senior de classe et de filles que je connais (en quelque sorte). Ils disent tous bonjour dans un long défilé. (Quand j'allume l'ordinateur, MSN se connecte automatiquement, je ne peux rien y faire.) Il glousse pour lui-même et me tapote légèrement la tête avant d'enlever sa montre en argent et de la laisser sur le bureau.

    "Ok, viens me rejoindre quand tu auras fini. Je vais prendre un bon bain en t'attendant, heh heh." Maintenant, tu considères ma maison comme un spa. Tu veux un massage à l'huile aussi après ? Je lui fais signe de partir et lui dis d'aller prendre sa douche. Je commence à taper une réponse au premier message de Ohm. (Il me demande à nouveau de lui envoyer une vidéo.)

     

    Phun part prendre sa douche et je dois avouer que je ne peux pas vraiment me concentrer sur le travail avec l'ordinateur. Cela est principalement dû au fait que Phun a l'air triste et je ne sais pas s'il a parlé à son père après la dispute qu'ils ont eue hier soir. Je ne sais même pas si l'un d'entre eux est au courant de la véritable nature de ma relation avec Phun. Je ne sais rien d'autre que le fait que je ne veux pas le voir comme ça. J'aime voir de la joie dans ses yeux. J'aime quand il devient intelligent avec moi. Je ne peux pas rester assis et le regarder se transformer devant mes yeux.

    Cependant, je ne sais pas comment je peux lui faire garder le sourire à ce stade.

    ♪ Another heartbreak (Un autre chagrin d'amour) ♪

    ♪ I can't believe Paew would do this to me (Je n'arrive pas à croire que Paew m'ait fait ça) ♪

    ♪ A woman's spirit never knows steadiness (L'esprit d'une femme ne connaît jamais la stabilité) ♪

    ♪ And now I rely on a bottle of gin' (Et maintenant, je dépends d'une bouteille de gin) ♪

    Euh, il n'y a pas lieu de paniquer. C'est juste la nouvelle sonnerie qu'Ohm m'a imposée l'autre jour. (Je ne sais pas qui diable est Paew.) Donc maintenant, Ohm et moi partageons la même sonnerie et chaque fois qu'un téléphone sonne, nous prenons chacun notre téléphone car nous ne savons pas lequel sonne vraiment. Mais... ce n'est pas la question. (Alors pourquoi ai-je passé tant de temps à raconter cette histoire ?) Je devrais plutôt vérifier qui m'appelle.

    Je ne reconnais pas ce numéro. Qui est-ce ? Néanmoins, je réponds au cas où une agence de mannequins m'appellerait pour m'engager à faire un défilé. (Ne crachez pas sur votre écran d'ordinateur, vous pourriez vous faire électrocuter.) Hahaha, je plaisante. Je réponds au cas où ce serait l'un des membres du club dont je n'aurais pas eu la chance d'ajouter le numéro à ma liste de contacts et qu'il y aurait peut-être une urgence.

    "Allo". Je suis seulement poli parce que je ne reconnais pas le numéro. J'espère juste que ce n'est pas ce salaud de Per qui m'appelle. Je devrais alors lui botter le cul comme les autres fois. (Il adore m'appeler d'un numéro inconnu et prétendre être un vendeur d'assurances. Il a beaucoup trop de temps libre).

    "Est-ce que c'est Nong Noh ?" Mais ce n'est pas ce salaud de Per. C'est en fait la mère de Phun ! Je sursaute immédiatement et je m'éloigne du bureau.

    "C'est exact."

    Je lui réponds. Mon cœur palpite dans ma poitrine. Même si sa voix est toujours aussi gentille, je ne peux pas m'empêcher de paniquer un peu parce que son fils est là, en train de prendre une douche et qu'il a l'intention de dormir chez moi. C'est une étrange sensation de doute que je ne peux pas mettre en mots.

    "Nong Phun va-t-il passer la nuit chez toi ce soir, mon cher ?" Oh, merde. Qu'est-ce que je lui réponds ?! Je regarde la porte de la salle de bain (qui est légèrement entrouverte) avec une sensation de lourdeur en moi. Phun m'a dit qu'il ne s'était pas enfui de chez lui et que je devais le croire.

    "Oui, il est là. Il est sous la douche en ce moment même. Je vais le chercher, maman ?" Je lui demande en allant vers la salle de bain pour appeler le morveux et faire le point, mais sa mère refuse.

    "C'est bon, Nong Noh. J'appelle seulement pour vérifier s'il était bien là. Il m'a dit qu'il allait dormir chez toi, mais j'avais peur que..."

    "Phun n'est pas ce genre de personne, maman." Je sais très bien qu'il est incroyablement impoli d'interrompre un adulte, mais j'ai ressenti le besoin de le rappeler à la femme avec qui je parle. Le Phun que nous connaissons tous les deux (et elle le connaît cent fois mieux que moi) n'est pas un fauteur de troubles comme elle le redoute. Il vient de prouver que, peu importe le niveau de stress dans une situation donnée, il reste quelqu'un en qui vous pouvez avoir entièrement confiance.

    Il y a un petit soupir venant de l'autre côté de la ligne. "Tu as raison. Je m'inquiète probablement pour rien. Merci, mon cher."

    "Et je suis désolé d'avoir été impoli, maman." Maintenant que j'y pense, un étranger comme moi n'aurait pas dû dire une telle chose.

    Un petit gloussement se fait entendre de l'autre bout de la ligne comme si elle voulait me mettre à l'aise. "C'est bon, mon cher. C'est moi qui devrais te remercier. Comment ai-je pu oublier que mon fils est un très bon garçon." Exactement. J'aimerais que Phun soit là pour entendre ce qu'elle a à dire.

    Nous nous taisons un moment avant que je ne rompe le silence entre nous, probablement parce qu'il y a encore quelque chose qui me tracasse. "Il s'est encore passé quelque chose, maman ?"

    "Oui..." Sa réponse est pleine de préoccupations. "Pour être honnête, je pense que si ce n'est pas dans la capacité de Phun de parler, alors il devrait juste être honnête et le dire à son père. Ainsi, tout cela pourra être terminé. Je ne vois vraiment pas en quoi tout cela est difficile ou va causer un grand préjudice. Alors, pourquoi est-ce que Nong Phun ne veut pas parler de tout cela ?"

    "..." Je ne sais pas quoi lui répondre car je sais, sans aucun doute, pourquoi Phun ne peut pas en parler à son père.

    "Si tu en as l'occasion, peux-tu lui parler, mon cher ? Je sais qu'il est têtu et qu'il n'est pas d'accord avec son père et moi, donc je pense que tu as plus de chance de le comprendre que nous. Je vais devoir te laisser faire".

    "Bien sûr." Je réponds par un gros mensonge. Je sais que je ne peux pas faire ce qu'elle me demande, mais je lui donne ma parole.

    La tonalité de coupure continue de retentir depuis le téléphone que j'ai à l'oreille. Le plus étrange, c'est que je n'entends rien du tout.

    Mon cerveau est vide. Il n'y a que de la confusion qui tourne dans ma pensée et elle refuse de partir.

     

    Entre dire la vérité et faire face à la perspective de notre rupture, ou garder tout pour nous et laisser ces incertitudes nous ronger peu à peu.

    Honnêtement, je ne sais pas quel chemin Phun va décider de prendre.

     

    Chapitre 57 : Ne retiens pas tes sentiments

    « Nos choix de liens sur MultiupChapitre 58 : L'arrivée de la peur »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    2
    Alex050422
    Samedi 20 Mars à 19:40
    Coucou merci pour ce nouveau chapitre :)
    1
    Samedi 20 Mars à 18:44

    Bonsoir, merci beaucoup. Bonne soirée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :