• Chapitre 56 : Il n'y a rien que je puisse faire.

     

    Le lendemain matin, Phun se réveille avec une légère nausée. D'après ce que j'ai compris, c'est dû au fait qu'il est très stressé. Mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter. Il avait l'air assez bien pour aller à l'école après avoir vomi toute la viande qu'il avait mangée hier. (J'ai cru que j'allais vomir avec lui).

    "Tu es sûr que ça va aller ?" Je répète ma question au bel abruti qui quitte le train aérien avec le sourire. En voyant son sourire trop désinvolte, je me trompe de chemin, juste un tout petit peu.

    "Yep !" Hum. Bon, alors. Je m'excuse d'être inquiet. Est-ce vraiment le même gars qui s'est endormi en pleurant la nuit dernière ? Le même gars qui s'est réveillé si pâle et qui a vomi ses tripes ce matin ? Vraiment ?

    On descend tous les deux les escaliers en courant depuis le quai. Mais avant d'arriver à la gare centrale, on entend quelqu'un nous crier dessus.

    "Hé, connard !" Bordel, qui essaie d'attirer mon attention si tôt le matin ? Quoique, je le sais déjà sans avoir besoin de me retourner pour voir. Il n'y a qu'un seul gars avec ce ton de voix.

    J'attends que ces salauds d'Ohm, Keng et Rodkeng me rattrapent. Comme prévu, Ohm me salue de la manière la plus barbare possible.

    Clac !

    "Prends ça ! Je t'ai appelé tout du long ! On était dans le wagon à côté du tien, espèce de sourd !" Alors pourquoi il n'a pas changé de wagon ?

    Je frotte l'endroit où on m'a frappé sur la tête, légèrement irrité. Phun se contente de glousser à côté de moi. (Vraiment, il ne va même pas m'aider ?) Tous les cinq, nous passons nos cartes et nous sortons de la gare en descendant les escaliers ensemble.

    "Pourquoi tu as fait l'idiot en continuant à m'appeler au lieu de venir me chercher ?"

    "J'étais trop paresseux pour faire ça..." C'est bien fait pour toi. Je lui donne deux coups en retour après avoir entendu cette réponse odieuse. Rodkeng rit dans le fond.

    Alors que nous nous dirigeons tous les cinq vers l'école, nous continuons à nous insulter les uns les autres, à nous arrêter en chemin pour acheter des snacks et à nous frapper les uns les autres (c'est ce que nous faisons le plus souvent). Au moment où nous nous apprêtons à franchir le portail de l'école, les yeux d'aigle d'Ohm remarquent que j'ai quelque chose de bizarre.

    "Arrête-toi !" Non seulement il m'ordonne de m'arrêter, mais il me saisit aussi par le col. Kof, kof, kof. Je m'étouffe parce qu'il ne me lâche pas tant que je ne m'arrête pas comme il me l'a ordonné. "C'est quoi ce bordel, mec ?!"  Ne m'attrape pas par surprise comme ça ! Tu m'as fait peur !

    Je regarde Ohm m'inspecter. "C'est la chemise de Phun, n'est-ce pas ? Tu as dormi chez lui ?" Euh... comment je dois répondre à ça ? Je reste immobile (puisque je suis pris au dépourvu) pendant que Phun rit joyeusement.

    "Très attentif de ta part." Phun le remarque avec un compliment et donne son feu vert à Ohm. Ohm gonfle le torse, visiblement fier de lui. Pourquoi ce type est-il d'accord avec ça ? Tu n'as pas besoin de révéler tous les détails, tu sais !

    Je frappe une fois la tête de M. Populaire (pour avoir tout balancé) avant que nous entrions dans l'école. Néanmoins, Rodkeng ne laisse pas le sujet s'éteindre. "Qu'est-ce qu'il y a de si bien chez mon ami, Phun ? Pourquoi tu es toujours sur lui comme s'il allait éclore ?" Merde... Tu fais comme s’il était une mère poule. Bien que...

    La personne en question se tourne vers Rodkeng. Il a un grand sourire sur le visage et un frisson me parcourt l'échine. "Je n'y peux rien, ton ami est trop mignon." Et le revoilà ! Tu dois toujours dire ce que tu penses ? Je ne sais même plus comment faire face à ça ! Mais peu importe.  Il peut dire ce qu'il veut, je vais arrêter de faire attention à lui. Je me gratte la tête avec force par frustration pendant que mes amis éclatent de rire.

    Nous nous dirigeons vers notre bâtiment. On nous taquine sans arrêt. (Mais c'est surtout moi qui suis la cible.) Phun s'excuse et se rend au bureau administratif, car Fi est là, debout, à crier le nom de Phun avec une expression furieuse sur le visage. Ce type peut être vraiment dérangeant par moments. Surtout depuis qu'il va bientôt démissionner de son poste, il fait des crises de colère à Phun beaucoup plus souvent. À ce propos, j'aimerais savoir comment ça s'est passé entre lui et sa petite amie. Je me demande comment ils s'en sortent.

    Mais peu importe. Ce ne sont pas mes affaires. (Vraiment...?) (Pas vraiment, je me dis que je pourrai en parler à Phun plus tard. Hé hé.) Lentement, je me rends compte que j'ai raté quelque chose de très important.

    Je n'ai pas encore fait mes devoirs de biologie !

    Oh, merde ! Miss Ladda va me prendre la tête pour ça !

    "Merde ! Le devoir de biologie de Ladda !"

    "Oh ! Merde !" Les deux autres personnes présentes crient à l'unisson. De toute évidence, Rodkeng et Ohm aussi ont oublié ça. (Salauds, pourquoi avoir oublié aussi ?) Nous nous précipitons vers l'ascenseur et trouvons un endroit pour copier le devoir. Heureusement, Keng mentionne qu'il l'a déjà terminé. Je suis quelque peu soulagé. Bien que j'aie presque oublié que Keng nous accompagne depuis la gare du Skytrain.

    Pourquoi est-il étrangement silencieux ?

    Peut-être que je ne fais qu'imaginer des choses ?

    Peu à peu, ce que je soupçonnais ce matin se précise. Keng est terriblement silencieux, mais seulement avec moi. Il plaisante et rit au sein de notre groupe d'amis comme il le fait habituellement. Cependant, il ne fait aucun commentaire à mon égard. Il fait généralement des blagues à mes dépens ou se moque de moi à propos de telle ou telle chose, mais pas aujourd'hui. (Je veux dire, il est presque aussi mauvais qu'Ohm quand il s'agit de ce genre de choses aussi).

    En dépit de son silence, il me laisse quand même copier ses devoirs de biologie ? Il partage même les snacks qu'il a apportés avec moi ? En plus, il me murmure la bonne réponse quand un professeur m'interroge ? En gros, il est toujours un bon ami à moi. C'est juste qu'il semble... calme ?

    Je regarde Keng pendant que nous travaillons sur le test rapide de notre cours d'anglais. Il se trouve qu'il me regarde et nos yeux se croisent. Il suppose que je veux copier sur lui et me montre ses réponses.

    Eh bien... même si je veux copier les réponses, ce n'est pas la raison pour laquelle je le regarde. Je secoue la tête et je finis d'écrire moi-même la réponse à la dernière question. 

    "Le temps est écoulé. Veuillez laisser la feuille de réponse sur mon bureau. Le cours est terminé." Dit le professeur quand l'horloge nous indique qu'il est l'heure de notre pause déjeuner. Mes camarades de classe se lèvent pour remettre leur travail et il se trouve que j'y vais avec Keng.

    "C'était facile pour toi ?" lui chuchote-je en faisant la queue. Il me fait un lent signe de tête sans me regarder. 

    Hm... quelque chose ne va pas ?

    ----------------------------------

    "Que devrions-nous manger ? Noh, t'as de l'argent au moins, connard ?!" Et pourquoi tu gueules ?! Je frappe la tête d'Ohm une fois après qu'il ait annoncé ma situation actuelle dans toute la cafétéria.

    "J'ai encore de l'argent sur ma carte !" Trou du cul ! Tu fais peur à la dame du restaurant. Elle essaie de me faire mes nouilles ! Je regarde Ohm qui frotte l'endroit où il a été frappé avant de crier sa commande - un bol de nouilles tom yum - à la tante.

    "Alors, comment as-tu fini par passer la nuit chez Phun ? Tu ne m'as pas dit que tu rentrais chez toi ?" demande Ohm après que nous ayons récupéré nos bols de nouilles.

    "Il y a eu un petit problème que j'ai dû régler, mais peu importe."

    "Aha, aha, aha. C'était un problème physique, mon petit pote ? Ah, bien. Les adolescents et leurs hormones déchaînées." Quelle tête de gland ! Sérieusement ?! Je me retourne pour le poignarder dans l'oreille avec une paire de baguettes. "Ow ! Mon cérumen !" Oh, c'est vrai ! C'est dégueulasse ! Maintenant mes baguettes sont sales ! Je les essuie sur son visage par dépit (puisqu'il les a salies) avant de me déplacer pour en prendre une nouvelle paire.

    "Noh ! Combien d'argent il te reste de toute façon ? J'ai entendu dire que tu te comportais comme un grand patron et que tu avais organisé une fête pour les membres de ton club. Tu as payé pour tout également, n'est-ce pas ?" On me pose ces questions au moment où je m'assois à la table où le reste de mes amis m'attendent. Ce n'est pas vraiment une surprise que Ken soit au courant de ça puisqu'il l'a probablement entendu de...

    "Toi et ta grande gueule, Ohm !" Je lui donne un coup de coude sur la tête. Tout le monde glousse à la vue de ce spectacle.

    "Yo, je demande seulement parce que je suis inquiet. Tu veux m'emprunter de l'argent ? Tu pourras me rembourser quand tu auras l'argent." Ken continue et je deviens très sentimental. C'est comme ça que les amis doivent être. Ken est tout le contraire de Ohm. C'est comme le paradis et l'enfer.

    Et j'aurais répondu s'il n'avait pas continué à parler. "Mon taux d'intérêt est de cinquante bahts pour cent bahts empruntés par jour. Ha ha ha.” Espèce de salaud ! J'aurais dû m'en douter !

    Je pointe mon majeur vers lui et tout le monde se met à rire, surtout Ken dont le riz s'envole presque de son propre nez. "Je plaisantais ! Mais pour de vrai, tu en as besoin ? Combien te reste-t-il dans ta carte de débit ?"

    "Presque trois cents, mais ça ira. Garde ton argent pour pouvoir rembourser ta mère pour ton MacBook. J'ai entendu dire que tu as encore des mois avant qu'il soit remboursé ?" Ken a acheté un MacBook le mois dernier, il lui a coûté presque 100 000 $. Il a utilisé la carte Visa de sa mère pour le payer avec l'intention de la rembourser plus tard. (Mais je ne sais pas pourquoi il l'a acheté. Il ne fait que jouer à des jeux et télécharger du porno. Cela ne vaut pas vraiment le prix). Pourtant, il propose toujours de m'aider. C'est de la charité.

    "Ou tu peux m'emprunter à moi. Ma famille est sacrément riche. Nous gardons de l'argent à la maison comme décoration."

    "Boooooo !" Tout le monde à table chahute Palm pour ce qu'il vient de dire. Haha, pfft. Nous lui jetons tous des serviettes, neuves ou usagées, sans nous arrêter.

    Pendant que tout le monde s'amuse à attaquer Palm avec des serviettes en papier, Ohm frappe sur son bol de nouilles en utilisant ses baguettes et vole l'attention de tout le monde. "Hé, hé, hé. Vous n'avez pas besoin d'aider ce salaud de Noh parce qu'il a déjà..." Quoi ? Qu'est-ce que j'ai ? Qu'est-ce que tu vas dire maintenant, putain ?! Mon oeil droit tremble quand j'écoute Ohm commencer à annoncer quelque chose qui sera mauvais pour moi, j'en suis certain.

    Il me fait un clin d'œil avant de continuer. "Parce qu'il a déjà le secrétaire du conseil des étudiants qui s'occupe de lui. Woooooo !" Putain ! Je le savais !

    Je me gratte la tête, m'arrachant presque les cheveux, alors que tout le monde à la table fait du bruit avec Ohm, comme si nous faisions la fête, malgré le fait que tout cela semble être mon enterrement. Tu ferais mieux de faire attention. Nous sommes dans une cafétéria, pas dans un amphithéâtre. Bon sang !

    Au milieu de ce chaos causé par mes soi-disant amis, (où j'aimerais creuser un trou au milieu de cette cafétéria et me cacher, ou simplement crier à tue-tête que je ne connais aucune de ces personnes), je remarque que Keng mange en silence son déjeuner.

    J'ai peut-être une idée de ce qui se passe avec lui.

    "Est-ce que tout va bien, Keng...?" Je décide de lui demander pendant notre cours de commerce. Le professeur nous a conduits à la bibliothèque pour que nous puissions travailler sur le mémoire qui doit être remis à la fin du cours.

    Keng détourne son regard des rangées de livres pour me regarder un court instant, puis il se tourne à nouveau vers les livres. "Euh… ouais."

    Menteur. Je soupire brusquement et décide d'arrêter de tourner autour du pot. "Je veux dire... si c'est à propos de ce que tu m'as demandé hier soir. Je ne te cache pas intentionnellement des choses. Il s'est passé quelque chose et j'ai dû m'en occuper, alors j'ai dû éteindre l'ordinateur. Je suis désolé." Je lui dis et je lève les mains en l'air pour m'excuser. Keng me prend rapidement la main pour m'arrêter en panique.

    "Mec, pourquoi tu fais ça ?!" s'écrie alors Keng. Au moins, il est disposé à me regarder maintenant.

    Nous restons tous les deux silencieux pendant un moment avant que Keng ne prenne la parole en premier. "Pour être honnête... Je n'ai pas le droit de t'en vouloir de toute façon. C'est moi qui t'ai dit que c'était pas grave si tu ne voulais pas m'en parler.”

    “...”

    Je peux sentir la longue expiration de Keng sur mon bras pendant juste une seconde. Cela me fait savoir que ses sentiments sont assez confus en ce moment. "Mais quand même... je ne sais pas. Je ne sais pas. Je suis désolé aussi." Il me fait un petit signe de tête avant d'attraper un livre et de se diriger vers la table où sont assis nos amis. J'attrape rapidement son bras. "Attends !" Bon sang, il ne peut pas m'écouter d'abord ?

    Nos regards se croisent et je veux qu'il sache que je suis tout à fait sincère. "Redemande-moi, je te donnerai la réponse."

    "Tu es sûr ?"

    "Oui."

    "Alors viens avec moi..." H... hein ? Keng a soudain le sourire aux lèvres et il me traîne de l'endroit où se trouvent les étagères vers la table où sont assis nos amis. Il frappe légèrement sur la table en chuchotant, tout en essayant d'étouffer son rire, à tous ceux qui sont là.

    "Alors ce salaud est prêt à parler maintenant, les gars."

    Fils de pute ! Vous étiez tous dans le coup ?! 

    La vérité est finalement révélée. Tous mes amis se sont regroupés et ont élaboré ce plan. Ils ont envoyé Keng, qui mérite un prix pour son jeu d'acteur, (je te ferai payer pour ça plus tard.) pour me faire parler. Tout le monde s'empresse de ranger ses affaires sur la table et se dirige vers le hall vide de la bibliothèque. Ils s'assoient tous en cercle dans un petit espace où les gens ne passent pas d'habitude car ils ne trouvent pas les livres particulièrement intéressants.

    Je m'assois en état de défaite et je fixe chacun de mes soi-disant amis. Keng, Palm, Khom, Pong, Em, Dong, Rodkeng, Ken, et ce bâtard d'Ohm sont tous autour de moi, attendant d'entendre la vérité de mes lèvres.

    "Il a fallu une éternité pour que Noh remarque ce qui se passait. Je le jure, j'ai failli perdre la tête et j'ai voulu rire tellement de fois." Ce salaud de Ken ouvre la discussion et Dong rit en même temps de sa remarque.

    "Ouais, au début je lui avais suggéré de faire la sourde oreille à Noh. Genre, l'ignorer complètement, pas vrai ? Mais ce bâtard n'a pas fait ses devoirs de bio. Je suis passé à autre chose. Et Keng étant trop gentil, il a bien sûr laissé Noh copier ses devoirs. Je pensais que notre plan était terminé à ce moment-là et voilà."

    Keng étend ses jambes comme s'il était le héros de cette histoire. "Je suis peut-être trop gentil, mais j'ai quand même réussi sans problème. Ha ha ha !"

    "Booooo !" Le commentaire de Keng suffit à faire chahuter tout le cercle. Tout le monde lui donne des coups de poing. Mais ils se rendent compte qu'ils sont trop bruyants, alors chacun se couvre rapidement la bouche avec ses mains. "Chuuuuut !"

    Je suis presque sûr que le gardien de l'école à la grille a entendu ce "chut".

    Je ris avec eux et j'aurais oublié la vraie raison pour laquelle je suis assis ici si Palm n'avait pas fait un rappel. "D'accord, d'accord, ça suffit. Il faut qu'on en parle avant la fin du cours." Euh... on peut continuer à parler d'autres choses. J'adore parler d'autres choses. On fait ça ?

    J'ai du mal à avaler ma salive quand Em ajoute sa contribution. "Ouais, Noh. On va juste y aller et demander, ok ?" Mince, il a l'air si sérieux. Je suis ton ami, pas un prisonnier. Je lui fais les yeux de cocker et je le supplie de me faire grâce, mais il ne veut rien savoir de tout ça. Pire, il désigne Rodkeng pour poursuivre la discussion.

    "Qu'est-ce qui se passe vraiment... entre toi et Phun ?" D'accord. C'est une façon d'en venir au fait.

    "..." Le silence s'abat sur nous. Tous les yeux sont braqués sur moi. Ne faites pas ça, s'il vous plaît, vous me rendez tous nerveux.

    Je bouge lentement mes lèvres, n'ayant pas entièrement confiance en moi. "Que... que veux-tu dire exactement...?"

    Rodkeng a un air de " je suis sérieux en affaires " sur son visage et il se rapproche comme s'il voulait me prendre en flagrant délit de mensonge. "Mec, ne nous raconte même pas ces conneries. J'ai déjà piégé Phun pour qu'il me le dise... alors maintenant c'est ton tour ! Tu vas le dire ou pas ?!" Putain, c'est quoi ce bordel ? Si tu le sais déjà alors pourquoi me le demander ?! (De toute façon, qu'est-ce qui se passe avec Phun ? Pourquoi il n'a pas mis des flyers dans toute l'école pour que tout le monde sache que je suis son petit ami ? Putain de merde).

    Soudain, j'ai l'impression que la climatisation ne fonctionne pas même s'il faisait froid quand je cherchais des livres tout à l'heure. "Si vous... l'avez déjà entendu de Phun, alors pourquoi me demandez-vous ?"

    "Parce que nous voulons l'entendre de toi !" C'est au tour de Palm d'intervenir. Tous les membres du cercle hochent la tête en signe d'accord. Merde, vous devez tous être fous si vous voulez entendre les mêmes choses encore et encore. À quoi ça sert de faire ça ?

    "Ok, ok, voilà ce qu'on va faire..." interrompt Keng avec une phrase qu'il utilise souvent quand il essaie d'amener quelqu'un à faire un compromis. "Noh..." Et il semble que je sois la victime cette fois-ci.

    Je lève un de mes sourcils vers le gars qui m'a embêté toute la journée d'aujourd'hui. Je ressens une certaine appréhension. "Qu…quoi ?"

    "Je vais être franc avec toi, d'accord ? Tu..." C'est quoi cette pause pour le suspens ?! Pose juste la question tout de suite ! Je retiens mon souffle en attendant d'entendre ce que Keng a à dire.

    "... sors avec Phun, n'est-ce pas ?"

    "...y...yeah."

    "Alors vous êtes un couple ?"

    "Ouais." Je décide de fermer les yeux et de tout avouer. Argh ! Si tu le sais déjà, alors pourquoi tu essaies de me faire parler ?! Ils rient et gloussent tous entre eux quand ils entendent ma réponse. Pendant ce temps, j'ai envie de m'enfoncer la tête dans le sol et de creuser le chemin pour rentrer chez moi. Je le ferais si je pouvais y arriver.

    "Qui a demandé à qui en premier ?!" Et en quoi ça te regarde, Pong ?! Je veux l'insulter, mais tous les regards curieux sont tournés vers moi.

    "Eh bien… Phun l'a fait… je suppose." Il n'y a rien que je puisse faire à part donner à contrecœur une réponse floue. C'est surtout parce que tout commence à se brouiller maintenant. Mon cerveau commence à s'éteindre. J'entends ces crétins qui crient et sifflent pour me taquiner. On dirait qu'ils aiment un peu trop ça. (Une façon de prendre plaisir à la douleur de quelqu'un d'autre !)

    "Alors tu as un petit ami et tu as gardé le silence à ce sujet, hein ?" Plaisante Dong en me donnant des coups de coude dans le dos après que les rires se soient calmés. Regardez-vous, chacun de vous ? Comme si j'allais dire quelque chose à l'une de vos grandes gueules.

    "Eh bien, c'est parce que vous me donnez toujours du fil à retordre..."

    "Mec, qu'est-ce que tu dis ? On t'a seulement fait passer un mauvais quart d'heure parce qu'on ne savait pas. Si on avait su, on n'aurait pas dit ces choses." Je regarde Rodkeng qui, apparemment, essaie de dire les bonnes choses. "Pour de vrai ?"

    "Non ! Ha ha ha ha !" Alors putain, pourquoi t'as dit ça ?! Tu vois, je ne me trompe jamais sur ces gars ! Je me gratte la tête, me sentant exaspéré par toute cette histoire. Je parie qu'ils vont me taquiner à ce sujet tous les jours pour le reste de ma vie. Et avant que je ne puisse m'en remettre, Em me dit quelque chose d'assez surprenant.

    "Toi et Ohm avez bien gardé vos lèvres fermées. J'ai étranglé son cou en essayant de le faire parler un million de fois, mais il a refusé de me le dire. Il a dit que c'est quelque chose que je devais te demander moi-même." Putain de merde sur un bâton ! Ohm est capable de ce genre de choses ?! Je me retourne pour regarder ce bâtard d'Ohm et je suis stupéfait. Malgré tout, il agit comme s'il était au-dessus de moi. Pfft, peu importe.

    "Tu n'as pas besoin de te laisser toucher par ses actions, c'est lui qui a élaboré ce plan pour nous. Ha ha ha ha." Trou du cul ! Mon estime pour toi n'a même pas duré une minute. Ton vrai toi fait à nouveau surface.

    Je secoue la tête. Je suis au bout du rouleau. Tout ce que je peux faire, c'est écouter les gars rire entre eux. Mais ensuite, Pong soulève un point important.

    "Attends... et la petite amie de Phun ?"

    Il touche le jackpot avec cette question. Je dois admettre que je ne peux même pas bouger d'un pouce. Je lui donne une réponse qui est à peine audible. "Eh bien... ils ont déjà rompu."

    "À cause de toi ?" Dong continue avec une autre question. Je secoue lentement la tête. "Non... ils avaient des problèmes."

    "Mais il essayait déjà d'être avec toi avant qu'ils ne rompent, non ?" Cette question est suffisante pour qu'Ohm tape sur la bouche de Palm avec le dos de sa main comme s'il voulait que le gars arrête de parler. Merci, mec. Mais je ne peux pas nier que c'est vrai.

    Je me sens mal en y pensant...

    Nous restons tous silencieux pendant un long moment, puis Khom pose une question. "Et toi et Yuri ?"

    "Eh bien..." Je ne sais pas comment lui répondre. Ma relation avec Yuri était plutôt confuse depuis le début. Même maintenant, je ne sais toujours pas comment appeler notre relation.

    Ohm fait sonner une cloche imaginaire pour signaler la fin du tour en coupant court à la conversation. "Vous posez trop de questions. On a fini, on a fini. L'heure de cours est presque terminée. Si nous retournons en classe sans avoir un compte-rendu en main, nous sommes morts." Dit-il à tout le monde et il est le premier à se lever. Tout le monde marmonne quelques plaintes mais se sépare volontiers pour travailler sur leur devoir sans aucune protestation.

    Je me retourne pour sourire à mon ami qui me connaît trop bien. "Merci, mec."

    "Ouais, ouais. Trouve-moi un livre, je vais faire une sieste et attendre. Ah ah ah." Tête de nœud ! 

    --------------------------

    L'école est enfin terminée. Ohm et moi sommes de corvée de nettoyage aujourd'hui. (Il s'agit de jouer à l'épée avec un balai et un bac à poussière.) Une fois que nous avons terminé, nous nous rendons immédiatement au bureau administratif. Nous avons appris que le comité qui a envoyé notre fanfare en Europe pour le concours nous a envoyé un fax. (Nous avons un fax dans notre salle de club, pourquoi ne l'ont-ils pas envoyé là-bas ? Bon sang.) Nous courons au bureau tout en nous assurant que nous sommes à notre avantage car la plupart des professeurs sont là maintenant.

    "Le club de musique... est... là pour prendre le fax envoyé pour nous." J'hésite à rentrer la tête dans le bureau. L'école est terminée pour la journée, ce qui signifie que tous les membres de la faculté sont là.

    "C'est juste là, mon cher." Une enseignante que je ne connais pas intervient du fond de la salle. Ohm et moi passons lentement d'un bureau à l'autre en direction de notre destination. Nous sommes tellement concentrés que nous ne réalisons pas que quelqu'un d'autre que nous connaissons est ici aussi.

    Je tends la main pour prendre le fax du professeur qui semble très gentil. Mon plan est de partir d'ici le plus vite possible, mais cela ne se fait pas car on nous appelle par nos noms. "Noh ! Ohm !"

    "Oh… c'est ton mari." Connard, utilise juste son nom ! Il s'appelle Phun ! Je marche sur le pied de Ohm une fois avant de regarder la personne qui nous a appelés. Il a quelque chose dans sa main.

    "Vous êtes ici pour déposer votre autorisation de séjour pour le voyage au camping ? " me demande Phun lorsqu'il remarque que j'ai aussi un document en main. Mais... quel voyage au camping ?

    "Non, je suis venu chercher un fax." Je le lève en l'air pour le lui montrer. Il comprend et me fait un signe de tête avant de passer à une autre question.

    "Alors, toi et Ohm, vous allez faire du camping ?"

    "Quel voyage au camping ?" Ohm se met à réfléchir à la question avant que je ne puisse le faire. (Il est aussi curieux que moi.) Exactement, quel voyage ? J'aimerais bien le savoir aussi.

    Phun semble surpris d'apprendre que nous ne sommes pas au courant de ce voyage. "Le Camp-Pharma" ? Votre professeur principal ne vous en a pas parlé ?" Oh... Je ne sais pas si elle ne nous en a pas parlé ou si je n'ai pas fait attention à elle. La dernière fois, il y avait un camp d'ingénieurs auquel je ne suis pas allé parce que je faisais une sieste quand ils ont fait l'annonce.

    Phun hausse les sourcils, l'air confus. Il retourne le papier dans sa main pour nous le montrer. "Beaucoup de vos camarades de classe sont venus et se sont inscrits. Palm y va. Pong y va. Dong y va..." Les salauds. Pourquoi ils ne m'ont pas demandé si je voulais y aller aussi ? Je suppose qu'ils pensent que je ne suis pas intéressé par le Camp-Pharma et ils ne se trompent pas du tout.

    "Je vais y aller ! Ajoute mon nom pour moi !" Depuis quand Ohm s'intéresse-t-il aux produits pharmaceutiques ? Je me retourne pour regarder Ohm avec une expression perplexe sur mon visage. "Tu t'intéresses sérieusement à la pharmaceutique ?"

    "Non... mais je parie qu'il y aura plein de filles là-bas ! J'en suis sûr ! Je veux y aller !" Putain, connard. Qu'est-ce que c'est que cette logique tordue ? Ça m'intéresse quand même. ( Hé hé.) Phun récite doucement les noms qu'il a écrits pendant que je suis encore au milieu de mes pensées.

    "Ok. Donc Tatchakorn et Napat de la classe 5 vont aussi..." Attends ! C'est mon nom !

    "Très drôle, quand est-ce que j'ai dit que j'y allais ?" Je chuchote et le frappe légèrement à la tête (puisque nous sommes encore au bureau et que je serai réprimandé si je me conduis un peu trop mal). Pendant ce temps, Phun se contente de rire joyeusement. " Vas-y, c'est tout. J'y vais aussi."

    "Attends... tu t'intéresses aux produits pharmaceutiques maintenant ?" Je sais que les devises étrangères et la macroéconomie internationale sont plus son truc et c'est ce qui l'intéresse. Je veux dire, c'est pourquoi je présume qu'il veut travailler comme économiste à l'avenir. Attendez une minute, à moins qu'il ne partage la raison pour laquelle Ohm y va ?

    "Non, j'y vais juste pour le plaisir d'y aller. Joke et Nant voulaient y aller." Oh... d'accord alors. Je suppose que je vais y aller aussi. Je le regarde écrire le nom d'Ohm et le mien sur la feuille d'inscription avec mes mains sur les hanches.

    "Je vais donner ça au professeur alors. Si d'autres de vos camarades veulent y aller, ils peuvent aller la voir et elle pourra ajouter leurs noms à la liste.” Je lui fais signe de la tête et de la main. Alors que je me retourne pour m'échapper de ce bureau, Phun m'appelle.

    "Noh..."

    "Hum ?" Je me retourne vers lui et je remarque qu'il voulait dire quelque chose mais qu'il a décidé de ne pas le faire. Au lieu de cela, ses lèvres se recourbent en un sourire.

    "Rien. Bye."

    "Ok… bye." Qu'est-ce que c'était ?

    « Chapitre 51 : Bang !Il y a de la joie, bonjour bonjour les hirondelles ! »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :