• Chapitre 39

    Depuis ce jour, j'essaie de retrouver le sourire de Phun malgré mon emploi du temps chargé. Je le vois généralement le matin près du bureau principal, l'air occupé et avec un air morose. Mais quel que soit mon empressement (dû au retard), je n'ai jamais oublié de lui faire un sourire et de saluer le secrétaire du conseil des étudiants avec son air maussade. Ces derniers temps, on peut le voir porter en permanence un tas de dossiers et de documents avec lui. Et chaque fois qu'il me remarque, son expression se transforme en un sourire éclatant. Je crois que faire un sourire sincère à quelqu'un est contagieux. Quand vous souriez à quelqu'un, je crois vraiment que l'autre partie se sentira mieux et sourira immédiatement avec vous.

     

    Je n'ai pas évoqué ce qui s'est passé après que Phun et moi avons eu notre conversation ce jour-là chez lui. Je me suis dit qu'il n'y avait aucune raison de lui rappeler ces sentiments atroces. Je ne sais même pas s'il a fait quelque chose pour y remédier ou pas du tout. Je respecte toujours les décisions qu'il prend. S'il préfère tout oublier et faire comme si rien ne s'était passé, je suis prêt à le faire aussi. Ou, s'il y a un jour où Phun est prêt à affronter la vérité, alors je suis aussi prêt... à le soutenir. Tout ce qu'il a à faire, c'est de demander.

     

    Un après midi, j'ai été obligé de courir à plusieurs reprises pour soumettre des formulaires officiels pour mon club au bureau de la direction. Ma montre m'indiquait qu'il était près de 17 heures, mais je faisais toujours des allers et retours entre le bâtiment F et le bâtiment administratif car les formulaires de demande que j'avais tapés et imprimés étaient apparemment tous incorrects. Bon sang ! J'étais tellement sûr que j'avais soigneusement examiné tout cela !

     

     

     

    Alors maintenant, je traîne des pieds pour retourner au bâtiment d'administration depuis le bâtiment F pour la cinquième fois. Je suis de très mauvaise humeur et je n'arrête pas de penser que si celui-ci ne passe pas, je vais l'envoyer au diable. (Cependant, j'ai Art qui continue de me calmer et qui me rappelle que si je ne m'occupe pas de ça aujourd'hui, alors nous n'aurons pas le temps de soumettre les formulaires de demande des sponsors). Peu importe, je vais continuer à tolérer cette situation jusqu'à ce que tout soit terminé. De toute façon, le professeur reste déjà tard pour m'aider à faire ce travail.

     

    Je marche en marmonnant tout seul car je n'arrête pas de merder avec ce formulaire et ça me met de mauvaise humeur. Je suis trop distrait pour remarquer une grande silhouette qui court vers moi. Nous sommes si proches que nos épaules se touchent.

     

    "Qu'est-ce qui se passe ? Quelqu'un a pissé dans tes céréales ou quelque chose comme ça ?" La grande silhouette s'avère être Phun qui me pose ces questions avec un sourire. Je me tourne pour le regarder et je soupire avant de lui montrer le formulaire en le soulevant au niveau de ses yeux.

     

    "Bordel, qu'est-ce que c'est que ça ? " Il fronce les sourcils avant de lire les mots à haute voix.. "Demande d'assistance pour l'événement LIVE CONTEST par le club de musique... ? Il n'est pas trop tard pour soumettre une demande de sponsors maintenant ?" Donc il ne fait que mettre du sel sur mes plaies parce que nous savons déjà combien on est en retard sur ce sujet.

     

    J'expire avant de répondre à sa question. "Si ça passe avant la fin de la journée, alors on sera dans les temps. Mais si je ne termine pas ça bientôt, alors on sera baisés. Oh, c'est vrai. Est-ce que l'école a débloqué les 20k pour mon club ? Est-ce que tes économies ont subi un gros coup ?" Je lui pose la question car je suis inquiet puisque je me souviens qui a aidé à payer les factures de mon club à la fin (même si c'est Earn qui m'a aidé au début). Phun me fait un sourire, l'air détendu.

     

    "Très bientôt, je pense qu'ils me donneront l'argent après-demain. Et mes économies se portent très bien. J'ai un peu d'argent de côté." C'est vrai, j'avais oublié que tu es sacrément riche.

     

    Dès que j'en vois l'occasion, je lui fais un sourire malicieux. "Oh, si tu as autant d'argent, alors peut-être que tu devrais être sponsor pour l'événement. Je pourrais utiliser environ 30k ou 40k, heh heh. Aïe !" Je n'aurais rien dû dire. Pourquoi ai-je invité Phun à me frapper la tête en disant ça ? !

     

    Je me frotte la tête et lui fais un doigt d'honneur tout en ayant l'air ennuyé. "Tu ne me donnes pas l'argent et tu m'agresses physiquement aussi ? Quel connard. Bref, tu ne dois pas aller quelque part ?" Après avoir simulé une blessure, je me mets à siffler en marchant. Je suis soudain de meilleure humeur après avoir vu le visage de Phun. Je ne sais pas non plus pourquoi j'étais d'humeur si amère, mais maintenant je me sens bien, juste comme ça.

     

    Phun sourit en marchant à côté de moi. "Non, j'ai fini mon travail plus tôt que je ne le pensais." Dit-il en haussant les sourcils comme s'il voulait se moquer de moi. Bien sûr, mon club fonctionne vraiment au ralenti. Tout le monde ne peut pas être aussi compétent que vous, M. le secrétaire du conseil des étudiants !

     

    Juste au moment où je suis sur le point de l’insulter, nous arrivons au bureau de l'administrateur. (Il a de la chance.) Je pointe son visage du doigt pour lui faire savoir qu'il n'est pas encore tiré d'affaire avant de pousser la porte et d'entrer à l'intérieur. Mlle Pornratt est assise là et m'attend toujours pour m'aider à traiter le formulaire.

     

    Phun me suit à l'intérieur et attend avec moi. Mon cœur bat la chamade. Je me demande s'il va passer cette fois-ci. Je transpire à grosses gouttes même si la climatisation fonctionne à plein régime dans le bureau. Je regarde le visage de Mlle Pornratt. Je ne suis pas d'humeur à refaire ça pour la sixième fois.

     

    "Oh...Napat.” Miss Pornratt avait appelé mon prénom cinq fois maintenant et à chaque fois de mauvaises nouvelles suivaient.

     

    "Oui ?" Je réponds avec mon cœur qui palpite dans ma poitrine. J'espère que je n'aurai pas à faire face à d'autres mauvaises nouvelles. Mlle Pornratt retourne le formulaire puis le plie en deux.

     

    "La date n'est pas centrée quand on la plie, Napat. Je préfèrerais ne pas dire ces mots, mais... Pouvez-vous soumettre un nouveau formulaire ?”

     

    "Arghhh, Misss ! Je suis tellement fatigué..." Je commence à pleurnicher comme un petit enfant mais elle secoue simplement la tête avec lassitude.

     

    "Eh bien... je me sens mal pour vous. Mais même si je laisse passer cela, ce formulaire sera inévitablement retourné. Vous devrez donc revenir et réparer cette erreur. Où est Paramet, d'ailleurs ? Comment se fait-il qu'il ne le fasse pas comme d'habitude ?" Elle pose des questions sur Met, qui est le rédacteur en chef de mon club. Malheureusement, il est à l'hôpital avec la dengue en ce moment. (Nous sommes allés le voir hier.) Je suis donc coincé avec toute la paperasse et je ne suis pas très au fait de ce genre de choses.

     

    Mais peu importe, je le corrigerai au besoin ! J'ai fait tout ce chemin, je dois aller jusqu'au bout ! J'accepte le formulaire que Miss Pornratt me rend en vain. "Oh, il est malade. Alors, y a-t-il autre chose que je dois arranger ? Je vais m'occuper de tout en même temps." Elle a un sourire sur le visage. Elle commence à dire quelque chose à Phun, qui se tient toujours derrière moi.

     

    "Phun, vous voulez bien aider Napat ? Il semble avoir de vrais problèmes pour ça. Vous êtes doué dans ce domaine, alors si ça ne vous dérange pas, vous pouvez aider votre ami ?" Hein ? Je me tourne pour regarder le beau gosse qui a une expression perplexe sur le visage. Il lui fait un signe de tête.

     

    "Oui, m'dame."

     

    Nous quittons le bureau tous les deux et je commence à taquiner Phun avec un sourire. "Ohhh, j'avais déjà quelqu'un qui aurait pu m'aider, pourquoi je me rendais fou à essayer de faire ça tout seul ? Zut." Phun se met tout de suite à rire.

     

     

     

    "Pourquoi tu ne m'as pas dit que tu n'avais personne pour t'aider ? Si je l'avais su, je t'aurais aidé. Sérieusement, même si elle ne l'avait pas demandé, je l'aurais fait quand même." Eh bien, n'es-tu pas un gars tellement gentil ? Je fronce les sourcils et fais comme si je n'avais pas besoin de son aide (même si en fait j'en ai désespérément besoin), alors il me frappe deux fois la tête.

     

    Vu que le secrétaire du conseil des étudiants m'a aidé cette fois-ci, tout me semble beaucoup plus simple, en une fraction de seconde ! Il se trouve que j'avais beaucoup de choses à corriger, au point que Phun a décidé de repartir de zéro. Il a sorti ses lunettes de la poche de sa chemise et a tapé sur le clavier pendant que je jouais avec le Rubik's Cube. (D'autres membres s'exerçaient dans l'autre pièce.) Finalement, j'ai entendu le son de l'imprimante qui fonctionnait et Phun qui disait quelque chose.

     

    "Je te laisserai me botter le cul si tu dois revenir ici et le refaire." Hmph, parfois il me tape sur les nerfs. Ça ne me dérangerait pas de revenir ici une fois de plus, juste pour pouvoir frapper ce Monsieur Je-sais-tout.

     

    Mais en fin de compte, je n'ai pas eu l'occasion de lui botter le cul puisque tout s'est passé exactement comme il l'a dit. Le formulaire est parfait. Mlle Pornratt me fait un sourire comme si elle voulait me féliciter d'avoir une si grande aide. Cependant, le responsable de cette situation m'ennuie encore, alors je lui donne discrètement un coup de pied au tibia. Hé hé.

     

    Après avoir surmonté la difficulté de soumettre ledit formulaire, on a continué à traîner dans le nouveau bâtiment jusqu'à la tombée de la nuit parce que je devais faxer d'autres documents et finir un tas de choses. Comme notre club avait déjà contacté la plupart des entreprises, il ne me restait plus qu'à soumettre le document. Il est presque 20 heures, alors j'ai transmis les documents à toutes les entreprises qui étaient en mesure de le recevoir, au lieu de perdre du temps et d'attendre le lendemain matin. Certaines de ces entreprises appartiennent à la famille des membres du club, je leur ai donc demandé de transmettre le document nécessaire à leurs parents au lieu de devoir payer les frais de fax.

     

    Finalement, ma montre m'indique qu'il est maintenant 21 heures passées et je me dis qu'il est temps d'arrêter de travailler et de quitter l'école. Je me tourne vers Phun, qui m'attend toujours alors que j'ai passé plusieurs appels à différents endroits, en lisant un des livres que nous avons dans la salle du club (ils sont tous liés à la musique cependant). Il ne m'a pas pressé une seule fois.

     

    "Tu as faim, Phun ? Je suis désolé, j'ai perdu la notion du temps." Je dépose les papiers que j'ai en main et je lui demande. Après tout, nous n'avons pas encore eu l'occasion de manger et il est déjà passé 21 heures. Phun ferme un énorme livre avant de me regarder avec un sourire.

     

    "Et moi qui pensais que tu allais me laisser mourir de faim." Ahhh, je suis désolééééééééé

     

    Je m'excuse rapidement avant de tout ranger et je me dis que je vais enfin pouvoir rentrer chez moi !

     

    Phun a insisté pour me raccompagner chez moi, même si je lui ai dit qu'il devrait rentrer directement chez lui au lieu de perdre du temps. (Il commençait à se faire tard.) Mais il a fait pression et n'a pas cessé de me dire "non". Il m'a même dit que nous ne vivons pas très loin l'un de l'autre et qu'il n'y aurait donc aucun problème. Bien. Continue à être un tel gentleman. Je n'en pouvais plus. À la fin, j'étais trop fatigué pour me disputer avec lui, alors je l'ai laissé faire ce qu'il voulait et je lui ai permis de me raccompagner.

     

    Lorsque nous arrivons dans ma rue, je pense soudain à comment le remercier en lui offrant un repas, puisqu'il m'a aidé à remplir le formulaire, m'a tenu compagnie jusqu'à très tard et sans parler du fait qu'il m'a accompagné jusqu'à chez moi.

     

    "Allons chercher quelque chose à manger." Je l'invite après avoir dit au chauffeur de taxi de nous déposer au carrefour plutôt que chez moi. Phun a une expression de soulagement sur le visage avant de parler.

     

    "Je pensais que tu ne le proposerais jamais." Hein ? Tu attendais que je propose ? Pourquoi tu ne l'as pas dit alors ? !

     

    Je marche avec lui jusqu'à Ekamai Road et nous nous rendons dans un restaurant de poulet grillé bondé. En fait, je n'ai jamais essayé cet endroit auparavant. C'est juste à côté de la rue et manger en respirant les gaz d'échappement des voitures peut être marrant, alors je décide d'essayer.

     

    Nous nous faufilons tous les deux à l'intérieur du restaurant avant que Phun ne commence à commander une longue liste de plats.

     

    "Nous prendrons... une salade de papaye thaïlandaise avec des œufs de canard salés, une portion de poulet grillé, le saumon en sauce de poisson, une soupe chaude et épicée avec des côtes de porc, une portion de bœuf grillé, une portion de foie gras, le bar au citron et deux portions de riz collant, s'il vous plaît. Oh, et une tournée de Pepsi aussi". Bon Dieu, tu essaies de me détruire ? ! Je le regarde avec les yeux écarquillés en vérifiant à la hâte mon portefeuille.

     

    "Est-ce que je vais pouvoir payer pour tout ça ? ! Tu as commandé comme si on avait 3000 bahts de bons cadeaux !"

     

    " Hein ? C'est toi qui offre ? Je n'en avais aucune idée, alors laisse-moi en commander plus." Me dit-il en souriant tout en agitant la main comme s'il voulait commander plus. Je l'attrape rapidement et le frappe à la tête.

     

    "Ça suffit. Après ça, je vais finir sur la paille." Je me plains juste au moment où le serveur revient avec nos boissons pour étancher nos soifs. J'entends le rire profond de Phun et il me fait un sourire en coin.

     

    "Je peux payer pour ça, bon sang. Tu veux autre chose ?" Il a le culot de demander alors qu'il a déjà commandé tant de plats que je doute qu'on puisse les finir tous. Je secoue la tête. J'ai hâte que tout ce qu'il avait commandé arrive. (Moi aussi, je suis affamé.)

     

    On peut entendre la musique venant d'un pub voisin pendant que nous attendons tous les deux la nourriture. Cela rend l'atmosphère plus détendue. Très vite, les différents plats que Phun a commandés commencent à arriver à notre table, à commencer par la salade de papaye aux œufs de canard salés, le poulet grillé et le saumon en sauce.

     

    "Tiens, essaie celui-là. C'est délicieux. Pang et moi l'avons déjà essayé auparavant." Le secrétaire du conseil des étudiants me le dit pendant qu'il met un poulet grillé dans mon assiette. Je vois, donc il est déjà venu ici. Pas étonnant qu'il m'ait surpris en commandant tous ces plats sans même faire une petite pause. En fait, au lieu de l'emmener dîner, c'est lui qui m'a emmené.

     

    "Hé, hé. Ça suffit. Prends-en un peu pour toi." Il ne faut pas longtemps pour que mon assiette se remplisse de nourriture, surtout quand le bar arrive à notre table et que Phun est occupé à s'assurer que j'en ai dans mon assiette. Bonjour, c'est Noh ! Pas nong Pang !

     

    "Oh, d'accord. Mange. J'ai remarqué que tu as été très occupé ces derniers temps, alors tu dois garder ton énergie." Il me dit en ajoutant un autre morceau de boeuf dans mon assiette avant de commencer à manger dans sa propre assiette. Je ne peux pas m'empêcher de lui secouer la tête.

     

    "Et toi ? Comment se passe la répétition du groupe ? Je ne vous ai pas du tout vu répéter en fait, avez-vous même des entraînements de groupe ?” Phun laisse échapper un rire narquois.

     

    "Attends juste et tu verras. Tu vas avoir une grosse surprise." Quel genre de surprise ? Mais je n'ai pas l'occasion de lui demander puisqu'il met un oeuf de canard salé dans mon assiette. Tu essaies de me faire grossir pour pouvoir me vendre plus tard ? !

     

    On n'a pas mis très longtemps à finir toute la nourriture. Il est difficile de croire que cette table était auparavant remplie de nombreux plats assortis au point que nous pensions ne pas pouvoir tous les finir. Je place mes couverts ensemble, puis je prends un verre pour finir la dernière gorgée de soupe chaude et épicée. Je suis plein et j'ai l'impression que je peux à peine me lever.

     

    "Tu es rassasié ? Tu veux commander autre chose ?" Phun continue à retirer les arêtes du poisson en toute tranquillité. Il me propose même d'en commander plus. Tu peux continuer à manger si tu veux, mais je n'en peux plus ! Au revoir !

     

    "Je ne peux plus manger, je suis plein à craquer."

     

    "Tu manges si peu." Ce mec. Je regarde son beau visage et il fait une expression moqueuse, alors je lui fais un doigt d'honneur.

     

    Quelques instants plus tard, Phun se charge du reste de la nourriture devant nous. Il commande même des châtaignes à la crème de noix de coco pour le dessert. Je le regarde avec étonnement car Phun est tellement mince que je me demande où il met toute cette nourriture. C'est probablement un des secrets de l'univers, car peu importe à quel point je le regarde, cet abruti est en forme dans chaque centimètre de son corps.

     

    "On rentre à pied ? Considère ça comme un moyen de digérer le repas". Me dit Phun après qu'on se soit disputé pour savoir qui allait payer le dîner, ce dont je suis sorti victorieux. (Il voulait vraiment payer, mais j'ai insisté pour le faire parce qu'il m'a beaucoup aidé aujourd'hui). On est d'accord pour rentrer à pied tous les deux puisque de toute façon, on n'est pas trop loin de chez moi. C'est un bon moyen de brûler ces calories. Je fais un signe de tête à Phun avant de quitter le restaurant avec lui tout en me tapotant le ventre.

     

    Mais alors, mon regard s'arrête sur ce qui se passe de l'autre côté de la rue.

     

    J'aurais dû savoir qu'il ne fallait pas amener Phun à se promener sur Ekamai Road alors qu'il est presque 23 heures.

     

    "Hé, Noh. Il y a une tonne de pubs par ici. Et qu'est-ce que c'est là-bas ?" C'est le moment où jamais de s'intéresser à quelque chose ! Je tressaille immédiatement avant de me précipiter pour lui couper la route afin qu'il ne puisse pas regarder de ce côté.

     

    "Où ? Oh, si tu continues dans cette direction, tu verras le Curve. Mais c'est sacrément cher. Mais si tu continues à marcher, il y a un endroit où tu peux essayer de fumer du narguilé. Tu veux essayer ?" J'essaie de le distraire pour qu'il ne fasse attention qu'à ce côté de la rue. Phun semble être d'accord avec mon idée et on finit par tourner au coin de la rue et se diriger vers le bas de la rue.

     

    Et nous y serions arrivés si cette foutue voiture n'avait pas fait exploser la musique si fort que tout le monde dans la rue s'est retourné pour la regarder.

     

    Au milieu d'une musique inintelligible jouée sans aucune considération, Phun se retourne et fixe quelque chose, et ce n'est pas la voiture. Il est immobile car il est témoin de ce que je ne voulais pas qu'il voit.

     

    Aim porte une robe à bretelles spaghetti et montre sa peau lisse et lumineuse. Elle se tient devant le JET, situé sur la rue en face de nous, avec un type. Je suis les yeux de Phun et je remarque que le type a son bras autour d'elle.

     

    À ce moment précis, je cesse de me soucier de ce que fait Aim, de ce qu'elle fait ou même du danger que cela pourrait représenter pour elle lorsque je vois ce que cela provoque chez la personne qui se trouve à côté de moi. Il n'y a même plus un soupçon de sourire sur son visage, alors que j'ai passé tellement de temps à essayer de faire en sorte que ses sourires reviennent. Je ne peux plus rester sans rien faire.

     

    J'utilise mes deux bras pour tirer Phun afin qu'il ne regarde que moi.

     

    Son corps semble léger et je peux le tourner avec facilité, même si je n'utilise presque pas de force. Je regarde son visage effilé, incapable de deviner ce qu'il peut ressentir à l'intérieur. Je le tire et le serre très fort, en ignorant les gens autour de moi qui pourraient nous regarder tous les deux. Je sais seulement que je dois empêcher Phun de voir ces images, l'empêcher de penser à ces choses et le débarrasser de la douleur. Je veux qu'il ouvre les yeux et qu'il ne regarde que moi, la personne qui se soucie de lui et qui sera toujours à ses côtés.

     

    "Phun... ne regarde pas là-bas..." C'est étrange que ce soit moi qui pleure. Je ne sais pas quand mes larmes ont commencé à couler. Je ne réalise même pas que je pleure. Tout ce que je sais, c'est que c'est moi qui ai détruit la vie de Phun. C'est moi qui lui ai fait prendre conscience de la terrible nouvelle. C'est moi qui l'ai fait venir ici pour assister à cette scène troublante. Tout était de ma faute. Tout cela est de ma faute. Tout est de ma faute. C'est moi qui ai fait ça.

     

    "Phun... juste regarde-moi. Ne te retourne pas et regarde par là. S'il te plaît... regarde-moi..." Je me répète encore et encore. Je le tiens encore plus fort maintenant, malgré la faiblesse de mes bras. Son uniforme est trempé de mes larmes.

     

    Je me mets à trembler au moment où Phun me tient lentement en retour.

     

    "Je suis désolé, Phun. Je suis vraiment désolé..."

     

    "Non, Noh. Merci. Je...merci."

     

    Les mains de Phun sont froides comme de la glace alors qu'il me serre dans ses bras comme si j'étais la dernière chose sur laquelle il pouvait compter.

     

    Si tu regardes autour de toi et que tu découvres qu'il ne te reste plus personne, alors fais demi-tour et regarde où je suis.

     

    Je suis toujours là.

     

     

    « Magie du mois d'octobre !Chapitre 42 »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :