• Chapitre 33 : Juste une erreur

    Chapitre 33 : Juste une erreur

     

    "Toujours pas fini ? Je vais... aller attendre dehors alors." C'est ce que Phun m'a dit il y a cinq minutes avant de partir sans même entrer dans la salle du club.

    Earn et moi clignons des yeux, on se rend compte qu'il est temps d'arrêter de faire les cons et de finir de réparer le coussin avant qu'il ne soit trop tard.

    "Qu'est-ce qu'il fait ici ?" me demande Earn de sa voix grave pendant que je me concentre  toujours sur la couture.

    Eh bien... je ne pensais pas que Phun reviendrait me chercher comme il l'avait dit.

    "Je ne sais pas. Il m'a dit qu'il allait revenir. Mais je ne pensais pas qu'il était sérieux." Je me plains pendant que je continue à faire les points de couture. Je ne lève pas les yeux, donc je ne sais pas quel genre d'expression Earn a.

    "Bon, je vais aller le chercher. Il devrait entrer. Il y a probablement une tonne de moustiques dehors." C'est une bonne idée. Je suis silencieusement d'accord avec lui. Je n'ai pas eu l'occasion de dire quoi que ce soit car j’entends le bruit de la porte s'ouvrir et il est sorti.

    Tu vas juste me laisser tout seul ici comme ça ?! C'est vraiment trop cruel !

    J'augmente ma vitesse de couture puisque je suis confronté à cette situation. Maintenant que Earn n'est plus dans la pièce, c'est étrangement calme. Je continue à jeter des regards craintifs. Bordel, je n'ai jamais détesté ce piano jusqu'à maintenant. Le voir là, dans une pièce silencieuse et sombre, ne m'aide pas du tout. J'ai l'impression d'être dans le décor d'un film d'horreur hollywoodien.

    Il vaudrait mieux que je termine ça le plus vite possible ! Je me réconforte en me rendant compte que j'ai presque terminé. Je plisse les yeux et je fixe un petit trou. Je recouds rapidement le coussin. Oubliant de le rendre joli (comme si c'était ma préoccupation), je veux juste rentrer chez moi !

    Alors que je suis assis ici, je commence à me demander pourquoi Earn est si long. N'a-t-il pas dit qu'il allait juste inviter Phun à l'intérieur ? J'espère qu'ils ne m'ont pas laissé tomber ! Je me rends compte que plus je me pose des questions, plus je perds du temps, alors je décide de me concentrer sur la tâche qui m'attend. Je m'inquiéterai plus tard de la disparition de ces deux-là.

    Très vite, j'ai fini de réparer le coussin. Ce n'est peut-être pas très professionnel (je veux dire, je ne me souciais que de refermer ce trou), mais c'est quand même mieux que d'engager quelqu'un pour le faire. Nous devons consacrer notre budget à un tas d'autres choses.

    Je regarde attentivement mon ouvrage, qui me semble satisfaisant, avant de commencer à ranger les aiguilles et les fils. Je jette un coup d'œil dans la pièce et je me retrouve seul au milieu des instruments, des partitions et de la nourriture que les élèves de première année ont laissée derrière eux.

    Alors, où est Earn ?! Il a dit qu'il allait chercher Phun ! Tu m'as menti !

    Je me dis, en me sentant trahi et effrayé en même temps pendant que je nettoie tout. Je prends mon cartable et je me précipite hors de la salle du club.

    Alors que je mets mes chaussures, mon cœur s'arrête presque lorsque je repère une ombre étrange dans le couloir du bâtiment F. Il est plus de minuit, il est impossible que quelqu'un se promène dans le couloir maintenant. Je remarque que l'ombre se rapproche.

    Putain de merde !

    Maman ! Papa ! Aidez-moi ! Je suis désolé de ne pas vous avoir écouté ! Je suis désolé de m'être mal comporté ! Je suis désolé d'être toujours rentré si tard et de faire du scooter la nuit ! Je suis désolé de ne pas vous appeler quand je passe la nuit chez un ami ! Je vous promets que je serai sage à partir de maintenant ! Je ne ferai plus rien qui puisse vous contrarier ! Aidez-moi, s'il vous plaît !

    Pendant que je perds la tête et que je me la cogne contre le mur, je peux sentir une main chaude se poser sur mon épaule. Je tremble encore plus maintenant. Je suis mort. Je suis tellement mort !

    "C'est quoi ce bordel, Noh ? ! Qu'est-ce que tu fais là, à trembler comme une feuille ? Tu ne veux pas rentrer chez toi ? !" Attends une seconde. Cette voix me semble familière. Je tourne lentement la tête pour voir la source de la voix. Earn et Phun sont morts de rire.

    "Putain de merde ! Je croyais que vous étiez partis ! C'est tellement effrayant, putain !"

    "Tu as peur des fantômes. Les gars vont bien s'amuser à se foutre de toi demain." Earn me taquine en me montrant du doigt et en riant. Peu importe ! Tu n'aurais pas peur toi aussi ? !

    "C'est ta putain de faute, Earn ! Tu ne m'avais pas dit que tu allais chercher Phun ? Mais comme tu avais disparu, j'ai supposé que tu étais rentré chez toi." Je continue à parler et lui tape sur la main. Je me concentre à nouveau sur mes chaussures, j'entends les rires profonds de Phun.

    "Nous parlions et on a perdu la notion du temps. Pas vrai ?" Le beau secrétaire du conseil des élèves fait un signe de tête au président de l'équipe des supporters. Je vois Earn faire un large sourire, montrant ses jolies fossettes alors que nous nous dirigeons vers la porte de l'école.

    Une fois que nous arrivons à la grille, Earn se retourne pour nous poser une question. "Oh, alors comment rentrez-vous chez vous ? Phun, tu déposes Noh, c'est ça ?"

    "Ouais."

    Je fixe le visage de Earn pendant que je réfléchis, puis je me souviens que sa maison est complètement à l'opposé de la nôtre. "Comment tu rentres chez toi, Earn ?"

    "Je vais prendre un taxi. Prenez soin de vous." dit-il en hélant un taxi qui passe juste à ce moment-là. Je lui fais un signe d'au revoir quand le taxi s'en va. Maintenant, c'est juste Phun et moi qui attendons notre propre taxi.

    Je jette un coup d'œil à son visage, remarquant ses traits tirés avec un soupçon d'épuisement et je m'inquiète. "Tu n'es pas fatigué ? De devoir faire des allers-retours comme ça ?" Je peux voir la fatigue sur son visage. Je ne voudrais pas que ce jeune maître retombe malade, ses parents vont commencer à m'accuser de le torturer.

    "Je vais bien. Comment je peux te laisser rentrer chez toi tout seul ?" Merde, il redevient si galant. Regardez ça, il me fait de nouveau ces regards doux.

    Je pousse un énorme soupir. "Je rentre toujours seul à la maison, alors pas besoin de dramatiser." Je ne peux pas faire grand-chose d'autre que d'exprimer mes plaintes. Phun rit doucement au moment où un taxi passe.

    "A Ekkamai, s'il vous plaît." dit Phun au chauffeur de taxi. Cela signifie qu'il me dépose en premier puisqu'il vit à Thong Lo. J'entends le chauffeur murmurer une réponse, puis Phun ouvre la porte en grand pour me laisser entrer avant lui. C'est une façon de me traiter comme une dame. J'ai trop sommeil et je suis trop fatigué pour trop y penser, alors je grimpe à l'intérieur.

    Le compteur tourne alors que la radio joue doucement. J'écoute la ballade, ça ne fait que me rendre plus somnolent.

    Je vais faire une sieste en douce. Phun connaît le chemin pour aller chez moi de toute façon, je ne pense pas avoir besoin de rester éveillé. Une fois que mon cerveau a traité ces pensées, mes yeux se ferment immédiatement.

    Juste au moment où je suis sur le point de m'endormir, j'entends la voix profonde, mais joyeuse, venant de Phun. "Longue journée, hein ?"

    "Mmm..." C'est tout ce que cette personne endormie peut rassembler.

    Phun continue avec les questions. "Comment était mon groupe ? On était assez bons ?"

    "Mmm..." Je n'ai assez d'énergie que pour une réponse d’un seul mot.

    " Tu as faim ? On devrait s'arrêter quelque part et manger quelque chose ?"

    Argh, c'est quoi ces questions ? Je ne fais que secouer la tête en guise de réponse pour le moment. J'ai trop sommeil.

    Cependant, Phun ne comprend pas. "Et le congee à Thong Lo ?"

    "Non..." J'ai sommeil, tu ne comprends pas ?

    Phun se tait un moment avant de reprendre la parole. "Noh... tu es en colère contre moi ?"

    Quoi ?! Ça me réveille un peu. Je me demande pourquoi, bordel, je lui en voudrais. Je n'en ai pas la moindre idée. Quel tas de conneries. En plus, je suis bien trop endormi pour penser à quoi que ce soit d'autre. "Nooon."

    "Hé, je suis désolé... pour Aim." Pardon ? Pourquoi s'excuse-t-il ? A propos de Aim ? Quoi à propos d'elle ?

    Je fronce les sourcils mais ne lui donne pas de réponse car je me dis que ce n'est pas si important. Mais il semble que Phun ne comprenne pas cela.

    Il me donne plutôt des excuses trop longues. "Elle est du genre que si elle veut aller quelque part, elle y arrivera quoi qu'il arrive. Même si je lui avais dit non, elle serait venue de toute façon. Tu vois ce que je veux dire, Noh ?"

    "Mmm..." Oh, c'est de ça qu'il parle. Je ne pense rien de tout ça et je le comprends.

    "Noh. S'il te plaît, ne sois pas comme ça..." Si je n'étais pas en colère avant, alors je suis sur le point de l'être.

    "Quoi ?" Il y a un soupçon d'agacement dans ma voix.

    "J'ai déposé Aim parce qu'il le fallait. Mais avec toi ? Je suis venu te chercher parce que je le voulais, Noh. Ne sois pas en colère contre moi comme ça."

    Ce secrétaire du conseil des étudiants est loin du compte. J'ai déjà dit que je n'étais pas fâché, alors je n'étais pas fâché ! À ce stade, ma patience est à bout. J'ouvre soudain les yeux en grand et je fixe son visage.

    Mes lèvres bougent plus vite que je ne le pense. "Ecoute, je m'en fiche. J'en ai rien à foutre. Tu peux l'amener ou l'emmener où tu veux. C'est à toi de décider. Tu comprends maintenant ? J'en ai rien à branler de ce que tu fais !" Voilà ! J'espère qu'il comprendra et me laissera dormir maintenant. Après lui avoir dit, je pense (ou je suppose) que tout est clair maintenant, alors je ferme les yeux, en espérant me reposer.

    Avant que je ne puisse m'endormir, j'entends une voix monotone venant de Phun.

    "Bien. C'était stupide de ma part de penser que tu t'en souciais. J'ai oublié pendant un instant que je ne représente rien pour toi. Je ne peux même pas être comparé à Earn." Hein ? Ça n'a rien à voir avec ça. Je me réveille avec un froncement de sourcils et je regarde son expression bizarre quand j'entends la dernière phrase.

    "Qu'est-ce que tu as dit ?" Mais avant que je puisse avoir ma réponse, le taxi s'arrête devant chez moi.

    Phun prend mon cartable et me le tend, puis il me dit. "Fais de beaux rêves, Noh." Cependant, son regard est tout le contraire de ce qu'il me dit.

    J'ai tellement sommeil. Je suis si confus.

    J'ai fait quelque chose de mal ?

    Mais peu importe. J'ai terriblement sommeil. Je veux juste aller dans mon lit. Zzzz.

    --------------------------------------------

    Après avoir dormi pendant six heures, mon corps se sent revigoré et plein d'énergie comme avant. Comment suis-je rentré chez moi hier soir ? Je ne m'en souviens pas. Je me souviens que Phun était dans le taxi avec moi. Une fois rentré chez moi, j'ai jeté mes chaussures et mes chaussettes et je suis monté à l'étage. Je n'ai même pas pris de douche, c'était tout à fait dégueulasse.

    Mais le fait de dormir m'aide à me sentir mieux. Je suis aussi très content que les éliminatoires se soient bien passées. C'est un grand soulagement.

    Ce matin, j'entre dans l'école avec un grand sourire sur le visage. En sifflant un air joyeux, j'aperçois Phun avec des dossiers à la main, qui se dirige vers le bureau principal. Et comme d'habitude, je lui fais immédiatement signe de la main.

    Mais... il ne me salue pas en retour. Il s'arrête pour me fixer pendant un court instant avant de disparaître dans le bureau principal.

    Qu'est-ce qui lui prend ?

    Je reste là, stupéfait, quand Nong Mawin (le meilleur ami de Per du club) me salue respectueusement. Hein, peut-être que Phun ne m'a pas vu ou que quelque chose s'est passé à nouveau avec lui ? Peu importe. Je me retourne pour accepter le salut de Nong Win et nous nous dirigeons ensemble à l'intérieur, bien que je sois toujours curieux.

    Après cela, la journée s'est écoulée d'une manière étrangement familière. J'ai remarqué que Phun me mettait de côté. Je pensais que quelque chose n'allait pas ce matin quand il n'a pas fait signe de la main comme il le fait d'habitude. Il m'a même complètement snobé quand il est allé en classe. Il n'a même pas eu un regard. Qu'est-ce qui se passe avec toi ? Tu as soudainement besoin de lunettes ? ! Peu importe. Je me suis rendu compte qu'il me fait la tête, mais je ne suis pas aussi triste cette fois-ci, car je suis toujours aussi perplexe. Qu'est-ce que je lui ai fait exactement ? !

    J'ai décidé de prouver que quelque chose ne va pas en soumettant une proposition de projet en personne au bureau du conseil des étudiants (je fais généralement faire ce genre de choses par un junior) parce que je veux vraiment savoir s'il m'ignore vraiment ou non. (J'ai même amené Ohm avec moi, au cas où.) Lorsque nous arrivons tous les deux, il tape sur son clavier. Son attention est restée sur l'écran, il ne m'a même pas regardé. Puis il me dit froidement. "Tu peux laisser ces papiers sur le bureau."

    C'est quoi ce bordel, mec ? !

    Humph ! Ne pense pas que je vais essayer d'arranger les choses avec toi !

    Je quitte le bureau très irrité parce que je me rends compte que Phun me repousse. Même Ohm a quelque chose à dire à ce sujet. "Putain, ces couples mariés se disputent maintenant ? Tu peux aller arranger les choses avec ton mari ou ta femme ou autre chose ? C'est tellement chiant." Quoi ? ! Pourquoi c'est moi qui devrais faire ça ? ! Qu'est-ce que j'ai fait de mal ? !

    La journée a été pourrie jusqu'à présent parce que cet enfoiré n'a pas cessé de me faire des remarques. Chaque fois que nous nous sommes vus, il continuait de baisser le regard tout en ayant l'air contrarié. (Sérieusement, c'est quoi ce bordel ?) Je n'ai aucune idée de quand j'ai marché sur sa queue. Comme il se comportait de la sorte, j'ai décidé de faire la même chose en retour. Le problème, c'est que je ne pouvais pas faire ça à cette personne en particulier, alors j'ai fini par adopter cette attitude avec tous ceux qui se trouvaient autour de moi. Je piquais une crise dès que quelqu'un faisait quelque chose qui me déplaisait. J'étais de mauvaise humeur et je n'avais aucune idée de la façon dont cela avait pu mal tourner.

    "Réfléchis bien. Qu'est-ce que tu lui as fait ?" Finalement, Ohm ne peut plus supporter tout ça (comme il est le plus proche, c'est lui qui a subi le plus.) et décide de me poser la question pendant la pause déjeuner. Il est probablement très contrarié car je fais la gueule depuis ce matin. Eh bien, si je savais ce que j'avais fait à Phun, je ne ferais pas cette tête !

    "Je ne sais pas ! Je n'ai rien fait. Argh, je veux en finir avec ça."

    "Alors, il est vraiment revenu te chercher hier soir ?"

    "Oui, il l'a fait."

    "Vous êtes vraiment comme un couple marié. Alors tu as fait quelque chose qui l'a vexé pendant que vous le faisiez tous les deux ?"

    "Va te faire foutre. On est monté dans un taxi et il m'a déposée chez moi. J'avais sommeil, je ne me souviens pas de grand-chose. C'est vrai, j'avais tellement sommeil, mais il a continué à essayer de me parler sur le chemin, mais je ne me souviens pas de quoi il parlait exactement."

    "Et puis quoi ? Continue à réfléchir, connard." On dirait qu'Ohm est très attentif à tout ça, n'est-ce pas ? Mais ce n'est pas le cas. Il dit juste des choses en soulevant le bol pour déguster sa soupe, me laissant devenir fou seul avec mes pensées.

    Bref, que s'est-il passé dans le taxi, déjà ? "Alors, que s'est-il passé... ? Eh bien, il a continué à essayer de me parler et je me suis vraiment énervé alors je...je..."

    "Ecoute, je m'en fiche. J'en ai rien à foutre. Tu peux l'amener ou l'emmener où tu veux. C'est à toi de décider. Tu comprends maintenant ? J'en ai rien à branler de ce que tu fais !" 

    Oh. Putain. Maintenant, je comprends tout. Ces mots se répètent dans ma tête comme si quelqu'un était en train de rembobiner. Je suis baisé. Je viens juste de réaliser à quel point j'ai été dur avec lui.

    "Hé..." J'attire tranquillement l'attention d'Ohm une fois que j'ai compris ce que j'avais fait.

    "Quoi ?"

    "Je me souviens de ce que j'ai fait..."

    "Et ? Tu as fait quelque chose de mal ?"

    "Ouais..." Ohm laisse échapper un soupir. Il secoue la tête avec lassitude.

    Il pose les baguettes. "Alors va te rattraper auprès de ton mari ou ta femme. J'en ai jusque-là de toi. Tu n'arrêtes pas de crier sur les gens et puis tu te retournes et tu as ce regard de chiot triste sur ton visage. Tu es dans un sale état, un peu comme quand ma mère a ses règles. Dépêche-toi et va arranger les choses avec lui, mec." Ce bâtard. Non seulement il me chasse, mais en plus il donne un coup de pied dans mon siège sous la table. Putain de merde ! Tu te crois si fort ? ! C'est un long banc, pourtant deux élèves de première année assis à l'autre bout tressaillent parce qu'Ohm donne un coup de pied assez fort.

    "Yo, t'as fait peur à ces mecs."

    "Ouais, ouais. Dégage de là. Je vais aller à la salle du club. Je vais apprendre à nong Mick comment jouer du cor."

    "C'est quoi ce bordel, mec ? La rumeur dit que Film est vraiment protecteur envers celui-là."

    "Eh bien, Film ne sait pas jouer du cor, alors il m'a demandé de l'aider à la place. Tu ne vas pas commencé à me faire chier ? Va arranger les choses avec ton papa." me dit Ohm en me faisant signe de partir. Il se lève et rassemble les bols, alors je lui tapote l'épaule deux fois.

    "D'accord, on se voit dans l'après-midi."

    "Ouais, ouais." Il repousse mon geste avant qu'on se sépare pour s'occuper de nos propres affaires.

    Je quitte la cafétéria perplexe car je ne sais pas où je peux trouver la personne qu'Ohm appelle affectueusement mon " papa ". Est-ce que cet abruti mange au moins à la cafétéria ? Je ne l'ai pas vu. Il n'aurait pas été difficile de repérer quelqu'un comme Phun Phumipat s'il avait été là. Peut-être qu'il déjeune encore au Couvent ? Et maintenant quoi ? Je dois l'appeler d'abord ? Mais...si quelqu'un avait été aussi dur avec moi, j'aurais bloqué et effacé son numéro la seconde après qu'il ait dit ces choses.

    De toute façon, pourquoi est-ce que j'ouvre la bouche quand je suis fatigué ? ! Je suis sur le point de devenir dingue là !

    Je me pose des questions en me frappant la tête en guise de punition pour avoir dit ces choses horribles. Alors que je me promène sans but, j'aperçois le dos du président du conseil des étudiants, pas très loin de là où je suis.

    Je cours vers lui en toute hâte. "Fi !"

    "Yo ! Tu m'as fait peur ! Qu'est-ce qu'il y a, Noh ? Oh ! Mon groupe est passé pour le prochain tour ?!" Bordel, ne fais pas ton psychopathe avec moi. Je fronce les sourcils et je fixe la personne qui a un large sourire sur le visage, révélant son appareil dentaire dans toute sa gloire.

    "Tu es marrant ! Les résultats ne sont pas encore publiés ! Où est Phun ? Où est-il ?" C'est ce que je voulais lui demander.

    Fi me regarde d'un air perplexe comme si j'avais dit quelque chose que je n'aurais pas dû dire. "Il a beaucoup traîné avec toi ces derniers temps. Donc si tu ne sais pas où il est, je ne sais certainement pas."

    "Eh bien, il s'est fâché et m'a laissé tomber. Je ne sais pas où il est. Peux-tu l'appeler et le découvrir pour moi ? Allez, allez, allez ?" Je commence à agir comme un gosse de trois ans qui s'accroche à un adulte parce qu'il veut un jouet. Heureusement, Fi est plus gentil que la plupart des gens. Quand je fais ce truc, les gens me repoussent généralement.

    "Qu'est-ce qui se passe avec vous deux ? Vous vous disputez vraiment ? Euh, donne-moi une seconde alors." Vous voyez ? Ce président du conseil des étudiants mérite qu'on soit amis avec lui. Je me tiens debout et j'attends Fi pendant qu'il appelle le secrétaire du conseil des étudiants. Ça ne prend pas longtemps pour qu'il réponde à l'appel.

    "Ouais, Phun. Où es-tu ? Ouais, ouais, où es-tu ? Au gymnase ? Ok, alors. Tu vas y rester un moment ? Oh, ce n'est rien. Quelqu'un est en route pour te voir. Ouais, ouais. Reste ici. Hé hé. Ouais, ok."

    "Merci beaucoup, Fi !" Je l'attrape par le cou et je le secoue vigoureusement lorsqu'il raccroche le téléphone pour lui montrer ma gratitude. (C'est vraiment la meilleure façon de faire ça ?) Après ça, je me précipite au gymnase comme je l'ai entendu dire.

    Une fois arrivé dans le gymnase, je vois que Phun est vraiment là. On dirait qu'il se prépare pour le cours d'éducation physique puisqu'il a changé de pantalon. Je sais qu'il m'a vu parce qu'il m'a regardé, mais il a eu le culot de détourner le regard. Combien de temps vas-tu continuer comme ça ? !

    Je reste là, gêné, pendant un moment, jusqu'à ce que quelqu'un crie mon nom. "Oh ! Noh !" Mais ce n'est pas Phun. C'est Thum, un camarade de classe de Phun. Il était dans notre club, mais il a dû arrêter le semestre dernier parce que son père pensait qu'il devait se concentrer sur ses études. Mon père est comme ça aussi, mais... je ne l'écoute pas. Hahaha. (Désolé, papa !)

    "Comment ça va, Thum ? Tu n'es pas du tout passé au club, mec." Je le salue au moment où il s'approche de moi. Je remarque que Phun s'enfuit pour jouer au basket avec ses amis sans même me regarder.

    Thum me pousse légèrement l'épaule. "Conneries, j'y suis passé. C'est toi qui n'y es pas allé ces derniers temps. Quel genre de président de club es-tu ?" Oh, vraiment ? Hahaha. C'est vrai que j'ai fait des allées et venues ces derniers temps. Heureusement, j'ai Ohm qui reste derrière comme un esprit qui hante l'endroit. Il me tient au courant des dernières nouvelles, sinon je me serais fait engueuler par les seniors. Je laisse échapper un petit rire sec et il continue à me poser des questions.

    "Alors, qu'est-ce que tu fais ici ? Tu es là pour voir quelqu'un ?"

    "Oui, je suis venu pour trouver Phun. Tu peux aller le chercher ? Il fait le con en ce moment." Laissez-moi glisser une insulte ici et là. Mais c'est vraiment un connard. Il n'est pas du tout disposé à m'écouter.

    "Qu'est-ce qui vous arrive les gars ?" Thum a l'air confus, mais il se retourne pour appeler Phun pour moi quand même. "Phun ! Phun ! Phun ! Phun ! Phun, putain de tête de noeud !" Vous voyez ? Il se conduit comme un con même envers son propre camarade de classe. Je plains Thum d'avoir dû crier si fort pour attirer l'attention de Phun au point qu'il est presque enroué.

    "Ok, c'est vraiment un connard. Je vais m'occuper de ça." Cette fois-ci, c'est Thum qui est en colère. Je peux le dire car il court vers Phun au milieu du terrain de basket dans le gymnase. C'est assez satisfaisant à regarder.

    Ces deux-là échangent quelques mots animés avant que Phun ne s'approche de moi avec une expression lasse sur son visage. Qu'est-ce que je fais maintenant ? Que dois-je lui dire ?

    "Comment puis-je t'aider, Noh ?" Merde, et il se pointe en me parlant formellement comme ça ? Ça va prendre une éternité pour arranger les choses avec lui.

    Je commence par être moi-même. "Alors... qu'est-ce que tu fous ?"

    Cependant, la réponse de Phun est moins bienveillante. "Nager, peut-être ?" Bordel, il ne peut pas prendre ça au sérieux ?!

    "Pu..." J'ai failli l'insulter, mais j'ai décidé de m'arrêter puisque je suis ici pour me réconcilier avec lui, donc je dois être gentil. "Pu...n ? Tu t'amuses bien ?" Je passe à autre chose.

    Phun semble s'en étonner, probablement parce qu'il ne sait pas comment répondre. D'habitude, il dirait quelque chose de désagréable en retour. Mais cette fois, il reste très calme. Il ne joue pas le jeu. Je commence à me sentir découragé.

    Je décide de me gratter la tête et d'aller droit au but. " Hey...pourquoi es-tu si fâché ? Je ne pensais pas ce que j'ai dit. La nuit dernière... j'avais vraiment sommeil. Allez, ne sois pas comme ça."

    "..." Silence. Le numéro que vous avez composé n'est pas disponible pour le moment, veuillez réessayer ultérieurement. On dirait qu'il n'écoute même pas ce que j'essaie de lui expliquer. Il se retourne et fait un signe de tête à son ami sur le terrain avant de se retourner pour me faire face avec une expression froide.

    "As-tu besoin d'autre chose ? Je dois y aller." Menteur. La pause déjeuner ne sera pas terminée avant longtemps. Quoi ? C'est si pénible de rester et de me parler ? En tout cas, je ne veux pas continuer à le harceler, car il pourrait s'énerver.

    "Non. Vas-y..." Même si je lui dis qu'il peut partir, je ne peux pas m'empêcher de me sentir profondément blessé intérieurement. Au moment où Phun tourne le dos dans l'intention de s'en aller, je me sens soudain effrayé et perdu.

    Ma main bouge plus vite que mon cerveau ne peut le faire et je saisis son bras. "Hé..."

    "Quoi ?" me demande-t-il, avec un ton plutôt hostile. Me sentant un peu déprimé, je cherche dans ma poche un bonbon que j'emporte souvent avec moi et je le partage avec lui.

    "Tiens... au cas où tu serais fatigué plus tard dans l'après-midi. Ça t'aidera." Hé, c'est un trésor inestimable, vous savez !

    Je lui tends le bonbon. Je ne sais pas si j'imagine des choses, mais je jure que Phun a esquissé un petit sourire avant de reprendre son visage impassible. "Ouais...merci." Il me dit simplement avant d'accepter le bonbon et il s'éloigne de moi. Argh, il se fâche trop facilement !

    Je suis même venu jusqu'ici pour essayer de me réconcilier avec toi. Si tu insistes pour rester en colère, alors je ne vais plus prendre la peine d'essayer ! Blah !

     

    Chapitre 33 : Juste une erreur

    « Club Friday 8 - True Love or... Confusion ?Chapitre 34 : Notre jour »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :